• 1

Orthez (29/07/2018 - tarde) : Sur le fil, 2 oreilles pour Tomas Campos face à un toro de Fernay...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Le pari pris de proposer une corrida avec 6 élevages différents, ne fut pas vraiment gagnant hormis au niveau de la taquilla puisque les gradins du Pesqué à Orthez étaient remplis aux 4/5 ème. Alors que plus personne ne croyait que nous pourrions vivre un très bon moment, a surgi des chiqueros un toro de Fernay aux pitons noirs.

Outre cette caractérisique physique, c'est surtout par son moral que cet animal s'est fait remarquer bien que son passage sous la pique de Manuel Burgos fut plutôt discret (échappant aux capes et venant seul à la rencontre du cheval lors du 1er contact, suivi d'une seconde rencontre anecdotique).

Luce s'était tout d'abord engouffré dans le capote décidé et alluré de Tomas Campos. Il allait se révéler un excellent collaborateur pour le natif de Badajoz sur le piton gauche. Très a gusto, ce dernier enchaîna les séries délivrées avec beaucoup de classe et de toreria. L'ensemble monta crescendo jusqu'à la délivrance finale venant d'une épée entière et en place qui s'avéra concluante. Le président mit du temps à faire tomber les deux mouchoirs que le public réclamait avec force, frustré par une après-midi manquant singulièrement de moments de qualité.

Seul, jusque là Juan Leal avec le Camino de Santiago sorti en 2ème, avait avec son courage réussi à sortir l'auditoire de sa torpeur. Le Camino pourtant avait fait une vuelta de campana sur la réception au capote, ce qui fit sûrement demander le changement de tiers après une seule pique adminisitrée par Nicolas Bertoli. Il allait proposer après les cambios de démarrage, une charge complexe à l'arlésien. Avec son cran, les deux pieds rivés au sol coûte que coûte, Leal construit une faena ambidextre de facture assez classique et malgré trois accrochages, ne rompt pas et ne veut pas céder de terrain au toro. On notera une séance de naturelles de face de qualité avant de réduire logiquement les distances. Malheureusement l'épée viendra gâcher l'ensemble et trois essais à l'estoc plus le descabello refroidiront l'atmosphère. Silence

Le reste de la course ne décolla pas vraiment du fait de la condition des toros qui n'exprimèrent pas assez de caractère ou de force pour donner une minimale et nécessaire émotion.

Domingo Lopez Chaves tomba sur le pire lot. Le Pages Mailhan donnait quelques signes de faiblesse dès sa sortie en piste. Economisé sur un seul contact avec le lancier , le toro manque de fond. Les passes sont données une à une, le torero prenant le soin de se replacer entre chacune d'entre elles pour ne point trop obliger l'animal. Une entière habile viendra clore les débats - Silence

Bis repetitae avec le 4ème, un Cuillé bien reçu pourtant au capote par le salmantin. Une seule pique eut raison de ses dernières forces, la chute provoquée étant plus dû au contournement de la monture que de la puissance de Trebol. Le toro se présenta au dernier tiers affaibli et ne pouvant pas répéter les charges qui étaient plutôt claires. La faena sera inutilement prolongée car sans émotion. Lopez Chaves, qui torée peu, essaya quand même d'en profiter pour réviser ses gammes des deux bords. Saluts après l'entière enfouie au deuxième essai.

Juan Leal eut à affronter un Christophe Yonnet plutôt avisé à sa sortie. Après l'épreuve des piques (données deux fois), le toro se laisse faire sur quelques passes avant de s'arrêter et de devenir dangereux. Le corps à corps devient la seule solution. Il provoque un instant d'émotion avec une nouvelle voltereta (heureusement sans dommage) mais difficile dans ce contexte de construire une faena à succés. Entière prudente. Silence.

Tomas Campos dut combattre 2 Tardieu. Le 1er dût être remplacé après s'être cassé le piton gauche contre un burladero. Le sobrero du même fer se distingua en prenant trois puyas contre lesquelles il s'employa raisonnablement. La troisième s'imposait elle? En tout cas le Tardieu se réservera et ne permettra qu'une faena droitière et sans lien entre les passes. La conclusion à l'estoc sera médiocre. Silence.

A la fin de cette longue corrida (3 heures), 3 prix furent remis :
-meilleure pique : JA Doblado pour sa prestation face au 3ème Tardieu
-meilleur geste taurin : Tomas Campos pour son triomphe
-de l'émotion : Juan Leal pour les frissons de ses faenas (sic)
-meilleur toro : Luce d'Olivier Fernay et ses filles.


Orthez Corrida
4/5ème d'arène
6 toros d'élevages différents (Pages-Mailhan/ Camino de Santiago/Tardieu/Cuillé/Ch Yonnet/Fernay) , le 3ème piton cassé fut remplacé par un sobrero du même fer
10 piques
cavalerie Bonijol

Domingo Lopez Chaves silence/saluts
Juan Leal silence/ovation
Tomas Campos silence /2 oreilles

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour