Les Saintes-Maries de la Mer (05/08/2018) : Juan Bautista et Andy Younes a hombros ; deux toros de vuelta al ruedo ; le bel hommage à la tauromachie française...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Dans le cadre de leur traditionnelle Corrida Flamenca du mois d'août, animée cette année par le groupe "Gipsy del Mundo", les arènes des Saintes-Maries de la Mer et l'empresa "Toros et Gipsy" représentée par Marie Sara, avaient choisi de rendre hommage à la tauromachie française en proposant un cartel 100% français, nonobstant bien entendu le contingent espagnol inévitable dans les cuadrillas.

Ce sont donc les matadores arlésiens Juan Bautista, de retour aux Saintes après quelques années d'absence et Andy Younes, son filleul d'alternative, qui étaient en charge de combattre un lot composé de toros de Tardieu, Héritiers de Christophe Yonnet, Bruno Blohorn, Los Galos, Aimé Gallon et Olivier Fernay y sus Hijas.
Et si l'ambiance était comme de coutume bienveillante dans les arènes de l'autoproclamée capitale de la Camargue, il n'en reste pas moins que les spectateurs qui ont tardé à garnir aux trois quarts les tendidos, sans doute pour cause de canicule, ont passé une bien belle après-midi de toros. Tous bien présentés pour la catégorie des arènes, les astados provenant d'élevages français, et plus particulièrement camarguais, ont donné un jeu varié et intéressant en général, les deux premiers de Tardieu et des Héritiers de Christophe Yonnet, se montrant plus exigeants. Deux des toros de Juan Bautista, tombés entre de bonnes mains, sans dévaluer la prestation du jeune Andy Younes, ont été primés de vueltas al ruedo posthumes.
Côté toreros, on a retrouvé un Juan Bautista dominateur, mettant en valeur ses adversaires et s'adaptant toujours à leurs conditions pour en tirer le meilleur. Le benjamin Andy Younes, comme à son habitude très sûr de lui, a fait preuve tout au long de la tarde d'une belle générosité, face à un lot il est vrai en dessous de celui de son aîné.

Juan Bautista toucha en premier un Tardieu qu'il envoya à deux reprises sous le fer. Dans sa muleta, ce toro se révèlera noble mais sans classe dans la première partie de faena, avant de devenir plus exigeant ses charges se raccourcissant. Sérieux et appliqué sur les deux bords, Juan Bautista en tira le meilleur et aurait pu obtenir un premier trophée sans une mort en deux assauts plus descabello. Ovation.

Le Christophe Yonnet sorti en deuxième position se révéla incertain à son arrivée dans le ruedo, avant de s'animer de belle manière dans le capote d'Andy Younes lui servant de vibrantes véroniques. Par la suite, le Yonnet prendra deux grosses piques, la première en renversant le groupe équestre. Au troisième tiers, l'animal ne se livra que sur des charges courtes à son matador. La prestation toute d'envie et de courage du plus jeune des deux arlésiens, majoritairement droitière face à cet adversaire exigeant, lui valut de couper la première oreille de la tarde après une entière un poil tombée.

Juan Bautista salua par de belles véroniques son Bruno Blohorn, avant une unique rencontre poussée en mettant les reins face au groupe équestre. Dans la muleta, le Blohorn proposera au camarguais des charges pleines de noblesse et de classe, prenant avec application les muletazos précis du Maestro arlésien sur les deux pitones. La faena, toute en rondeur, culminera sur de somptueuses naturelles, avant une demie lame à recibir, suivie d'un descabello. Deux oreilles et vuelta pour le Bruno Blohorn.

Le Los Galos sorti quatrième fera chuter le groupe équestre sur une unique pique prise avec bravoure. Ce toro, noble et à la charge suave en début de faena, allait rapidement afficher son manque de force. Andy Younes débuta le troisième tiers à genoux en se faisant un peu bousculer. Le reste du trasteo sera engagé et volontaire, avant un final plus intimiste et une belle entière. Deux oreilles.

Juan Bautista salua son Gallon sorti cinquième par de suaves véroniques, avant de le placer pour une belle pique face au lancier. Après avoir lui-même posé les banderilles, Juan Bautista servit à son noble opposant une faena toute de délicatesse, majoritairement sans ayuda, l'animal à la noblesse infinie s'améliorant tout au long de son combat. Les muletazos de face dans le final, valaient à eux seuls d'avoir supporté la canicule tout en les espérant. L'entière au premier essai voyait tomber quatre mouchoirs dont un bleu du palco, deux oreilles et la queue pour le matador et la vuelta pour le Gallon.

Andy Younes accueillit son Olivier Fernay y sus hijas de deux largas de rodillas, suivies de tafalleras et de véroniques de belle facture. Après une pique lors de laquelle on pu constater que le toro avaient tendance à perdre les mains, cet astado confirma sa faiblesse dès l'entame de la faena. Face à cet animal noble, mais manquant de force, Andy Younes fit tout ce qu'il pouvait pour lui construire une faena dans des terrains rapprochés, avant de connaître deux échecs aux aciers avant entière fulminante. Silence.


Arènes des Saintes Maries de la Mer
Dimanche 5 août 2018
Corrida Flamenca
Entrée : 3/4 d'arène
Toros de Tardieu, Héritiers de Christophe Yonnet, Bruno Blohorn, Los Galos, Aimé Gallon et Olivier Fernay y sus Hijas, bien présentés, sonnant du jeu en général, meilleurs
les 3ème (Blohorn) et 5ème (Gallon), primés de la vuelta al ruedo posthume, pour :

Juan Bautista, ovation, deux oreilles et deux oreilles et la queue
Andy Younes, oreille, deux oreilles et silence

Laurent ElTico Deloye


Voir le reportage photographique : ElTico