• 1

Dax (14/08/2018 - matinale) : Yon Lamothe vainqueur des non piqués 2018...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Les landais aiment les jeux traditionnels. Ils pratiquent la quille de six et la quille de neuf. Pour rester couleur locale, les organisateurs ont créé pour cette Féria après la non piquée de six, celle de neuf erales. Pour être plus sérieux, les conditions météorologiques les ont contraints à regrouper sur la même matinée les qualifications et la finale de leur compétition annuelle.

La météo a nuit au succès populaire de cette matinée même si deux tiers d’arènes d’une placita de plus de 8000 places combleraient bien des organisateurs de novilladas. Contrairement aux craintes exprimées par beaucoup, les spectateurs n’ont pas trouvé le temps long grâce à l’entrega des jeunes toreros en particulier lors de la finale.
Pour les qualifications les erales de Jérôme Bonnet, très bien présentés, sont sortis compliqués. A l’exception du très exigeant et intéressant second, difficiles, ils ont manqué de fond et ont mis en difficulté les jeunes novilleros. Pour la finale Les novillos de Guadaira triomphateurs de l’édition 2017, ont été très décevants par leur présentation et surtout leur faiblesse, à la limite de l’invalidité pour certains. L’ensemble des neuf novillos étaient commodes de tête.

Phase qualificative
Le premier eral du Lartet est bien fait mais est juste de force. Il a une corne gauche très difficile. Face à lui, un novillero andalou Alejandro Cano vainqueur du trophée Canal Sur bien trop vert. Il se fait prendre à plusieurs reprises sur des fautes de débutant, apprend les mauvaises manières au toro qui devient de plus en plus compliqué. Sur une dernière série, le Bonnet le prend spectaculairement et lui inflige une cornada interne de 20 cm qui sera opérée à l’infirmerie des arènes. C’est José Antonio Valencia qui se charge de tuer le bicho.

Valencia accueille le second par une larga de rodillas et une bonne série de véroniques. Après un tercio de banderilles moyen, le vénézuélien débute sa faena à genoux. Le toro est encasté et exigeant, le novillero, très courageux et appliqué n’arrive pas à le dominer totalement . Il fait une vuelta après une mise à mort laborieuse.

Valentin Hoyos transmet peu d’émotion quand il reçoit le troisième à la cape. L’eral est faible. Au troisième tiers, l’élève de l’Ecole Taurine de Salamanque construit une faena stéréotypé qui ne porte ni sur le bicho ni sur le public. Il salue après une mise à mort en deux temps.

Le quatrième est un joli colorado qui a du mal à se fixer. A la muleta, il est noble. Le nîmois commence sa faena par trois séries très templées à droite. Après un passage à gauche, un peu plus difficile il subit une voltereta très violente. Il reprend la main droite pour une fin de faena élégante et de bon niveau sur l’autre corne. Vuelta après une mise à mort moyenne.

Le cinquième est bien reçu à la cape par Yon Lamothe. A la muleta, l’eral est noble mais manque de classe. Le landais toréé avec beaucoup de sérénité et s’impose à son opposant. Après quatre bonnes séries le novillo baisse de ton. Le novillero prolonge la faena avant de tuer de manière très efficace et coupe une oreille.

Le jury qualifie pour la finale les deux novilleros français Solalito et Yon Lamothe.

Fiche technique
Arènes de Dax, qualification de la compétition des non piquées
Cinq erales de la ganaderia du Lartet pour
Alejandro Cano : blessure, le novillo est estoqué par José Antonio Valencia, salut de la cuadrilla
José Antonio Valencia : vuelta
Valentin Hoyos : salut
Solalito : un avis et vuelta
Yon Lamothe : une oreille
Deux tiers d’arènes
Le ciel commence à se dégager
Sont qualifiés pour la finale Solalito et Yon Lamothe

Finale des non piqués dacquoises
Le premier est un jabonero, juste de présentation et mal armé après une bon tercio de banderilles Solal va construire une très belle faena. Il toréé avec beaucoup de finesse et d’élégance un eral qui manque de forces. On retiendra de cette faena, les très bonnes séries de naturelles très templées agrémentés d’adorños très expressifs. Le nîmois coupe une oreille après une quasi entière contraire.
Le second est un quasi invalide. Malgré sa bonne volonté Yon Lamothe ne peut pas en tirer grand-chose et le public commence à trouver la faena un peu longue et s’impatiente. Yon a du mal à descabeller après une bonne épée entière.
Le troisième est un plus costaud que les précédents. Il est très bien banderillé par Solalito. Le bicho est noble et permet au torero nîmois de construire une superbe faena en particulier avec de très belles séries de naturelles avec du poder et de la classe. C’est une faena de deux oreilles mais l’épée en décide autrement. Solal perd le bénéfice de sa très belle faena et doit se contenter de saluer.
Le quatrième Guadaira est lui aussi très juste de présentation et faible. Yon Lamothe profite de sa noblesse pour bâtir une faena dynamique, avec beaucoup d’alegria, de sincérité mais aussi quelques passages plus brouillons où le novillero se laisse emporter par sa fougue. Le landais s’engage pour porter une belle estocade rapide d’effet et coupe une oreille.

Comme à Bougue où Solalito a gagné au bénéfice de l’estocade, Yon Lamothe remporte la compétition dacquoise grâce à sa dernière faena et son grand coup d’épée Les deux faenas, les plus artistiques ont été réalisées par le nîmois. Mais on ne doit pas oublier qu’il faut être matador avant d’être torero, c’est le fondement de la tauromachie.

Fiche Technique
Arènes de Dax, finale des non piquées
Quatre erales de Guadaira, mal présentés et faibles pour
Solalito : une oreille, salut
Yon Lamothe : silence, une oreille
Yon Lamothe est le déclaré vainqueur de la compétition dacquoise 2018

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour