• 1

Rion des Landes (19/08/2018 - matinale) : Niño Julian a hombros...

©Nicolas Couffignal
©Nicolas Couffignal
Ce dimanche 19 Août est un jour chargé en évènements taurins dans le Sud-Ouest. Roquefort, Maubourguet et Rion des Landes organisent des novilladas non piquées et piquées. A Rion, la journée commence par une sans picador avec des erales d’Alma Serena pour Valentin Hoyos, Adam Samira et Niño Julian.

Le public est ressorti satisfait des arènes grâce à la prestation du nîmois Niño Julian qui sort à hombros et à la qualité trois novillos des frères Bats. Très bien présentés, avec des comportements variés allant du très noble et encasté premier au très exigeant troisième, ils ont contribué à créer une matinale entretenue et sélective pour les novilleros.

Le premier met bien la tête dans la capote de Valentin Hoyos de l’Ecole Taurine de Salamanque. Après un échange de quite avec Samira, Valentin brinde le novillo au public. Le novillo est très noble. Il vient de loin et répète avec alegria sur les deux cornes. Il avale le leurre en humiliant . Le novillero profite de la qualité du novillo pour enchaîner de bonnes séries à droite, baissant la main et tirant au maximum la charge du bicho. Le toro a beaucoup de caste et finit par déborder et mettre en difficulté le novillero. L’eral continue à charger avec énergie mais la fin de faena est brouillonne. Après des manoletinas sans utiliser l’épée, le torero de Salamanque s’engage pour un pinchazo hondo et une entière légèrement basse mais concluante. Il coupe la première oreille de la journée.

Le second est un joli colorado. Tardo à sa sortie en piste, il s’allume aux banderilles. Il se livre bien dans les deux premières séries dans la muleta d’Adam Samira qui commet quelques erreurs de débutant, se faisant accrocher à plusieurs reprises et montrant ce qu’il ne devait pas voir à son eral. L’arlésien est vert et le toro demande, même s’il est juste de forces, les papiers. Il s’en suit une faena appliquée, très courageuse mais parfois brouillonne avec quelques accrochages. En fin de faena, l’Alma Serena emmène et ramène le torero vers les planches où elle se termine. Le novillo incomplètement dominé est difficile à fixer au moment d’entrer à matar. L’épée résulte verticale et très basse.

Le troisième est le plus costaud de l’envoi. Il est bien reçu à la cape par Niño Julian. Après une première paire approximative, le tercio de banderilles à charge du novillero va à mas et se termine par une très belle paire dans le terrain des planches. Le jeune novillero va confirmer l’excellente impression laissée lors de ses débuts en costume de lumières à Boujan. Le toro est sérieux et demande de l’autorité. Le nîmois l’entreprend avec beaucoup d’allure avec des séries courtes mais appliquées et donnée avec un planta torera et une assurance étonnante pour un quasi débutant. Le garçon se croise, temple et aguante avec courage mais il est encore vert et c’est le toro qui impose son terrain. Qu’importe le nîmois s’arrime et le ramène au centre pour donner une dernière série à droite avant de finir la faena dans le terrain des planches. Après des luquesinas, le gardois s’engage avec sincérité pour une très belle estocade entière, le toro encasté lutte contre la mort avant de tomber. La présidente accorde deux oreilles à Niño qui invite Pierre Bats à venir saluer avec lui à l’issue de sa vuelta.

La ganaderia Alma Serena confirme les bons résultats obtenus lors de ses précédentes et le jeune torero nîmois confirme qu’il sera un des novilleros à suivre cette fin de saison et surtout en 2019.


Fiche technique
Arènes de Rion des Landes : première novillada non piquée des Fêtes
3 erales d’Alma Serena très bien présentés, donnant du jeu, noble et encasté le premier, exigeant le troisième pour :

Valentin Hoyos Calmar (Ecole Taurine de Salamanque) : un avis et une oreille
Adam Samira : (Ecole taurine du Pays d’Arles) : un avis et silence
Niño Julian (Centre Français de Tauromachie) : deux oreilles

Présidente : Colette Lacomme
Un tiers d’arène, public attentif, connaisseur et bienveillant
Ciel bleu et soleil

Thierry Reboul