Roquefort (19/08/2018) : le courage et l'envie d'Aquilino Giron...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Heureusement que les problèmes de santé de Maxime Solera ne sont plus qu'un souvenir, en effet après les forfaits de Juanito et d'El Adoureño les organisateurs avaient dû repenser fortement le cartel.

Kevin de Luis et Aquilino Giron ont accepté le défi proposé d'affronter un corridon du Conde de la Maza dont la présentation a fait beaucoup parler dans le sud ouest.

Kevin de Luis
Son premier novillo dès sa sortie va chercher les barrières et revenir sans cesse au toril.Le picador entre en piste sans qu'une passe n'ait été donnée.Apres un premier contact duquel il sort en ruant, le Conde va se voir par la suite administrer deux lourdes piques données en arrière.Quelques passes par le haut permettent d'emmener le novillo au centre ou sera donnée une faena de 4 séries ambidextres de passes isolees. Le novillo reste tête haute et ne s'emploie jamais. Entière plate au 2eme essai. Saluts.
Le 4eme sera le plus comestible de l'envoi. De Luis en profite pour donner quelques veroniques reposées.Le novillo s'emploie sur la première pique avant d'être économisé sur la seconde.Il arrive ainsi au dernier tiers sans classe mais en chargeant quand on l'y invite.L'andalou sert une faena ou le manque de dominio est patent.L'ensemble se laisse regarder sous les premières notes de musique de l'après-midi. L'entière de côté est efficace et laisse tomber une oreille contestée par une partie du public.

Aquilino Giron
Le Conde qui sort en 2eme est lourd et imposant. Au capote il se contente de jeter les pattes en avant en freinant. Il prend néanmoins sa première pique en poussant mais tête en haut , l'arrivée en freinant sur la 2eme pique confirme la bravoure limitée de l'animal. Giron l'entreprend par des statuaires exposées et de bel effet mais qui accentuent le défaut du novillo de garder la tête en haut.Les trois premières séries sont compliquées de  fait, l'animal touchant la muleta à chaque fin de passe et le leurre ne restant pas assez ferme. Néanmoins avec volonté et courage, Giron ne baisse pas les bras et réussit sur les dernières séries a obtenir une meilleure charge de son adversaire en se colloquant de meilleure manière .L'entiere a la 4eme tentative n'empêche pas la vuelta demandée par le public pour récompenser le sérieux et l'entrega du torero.
Avec le cinquième , un señor novillo, qui prendra 3 piques sans véritablement s'employer Aquilino va confirmer son envie et son courage. Bien entendu la technique n'est pas aboutie, la muleta est accrochée et le placement n'est pas toujours adéquat mais le jeune torero donne tout. Des les premières passes par le haut, le novillo l'avertit sur la droite.La faena sera plutôt gauchère mais la toute dernière série se fera par derechazos histoire de montrer que la première tentative avortée n'était pas un échec. Il plonge au 2eme essai pour une grosse estocade et coupe légitimement une oreille très fêtée.

Maxime Solera
L'exemplaire sorti en 3eme position invalide est remplacé par un Turquay dont la présentation pâtit de la comparaison avec les Conde. Après quelques petits signes de faiblesse au capote le novillo prend deux piques dont il va sortir émoussé. Il arrive au dernier tiers sans beaucoup de gaz et avec une corne gauche compliquée. La faena est sans émotion et surtout bien trop longue. Le français connaît des difficultés avec l'épée et le descabello qui vont l'emmener aux portes du 3ème avis, le Turquay se couchant juste avant qu'il ne retentisse.
Le dernier sort en traînant l'arrière. Apres deux piques carioquées il arrive tel un bloc de marbre au dernier tiers et Solera ne peut malgré de nombreuses tentatives ne lui donner que deux passes. La conclusion avec l'estoc est à nouveau difficile.Huees majoritaires.

Roquefort
1/2 arène
5 Conde de la Maza (le 3ème invalide étant remplacé ) et 1 Turquay
14 piques

Kevin de Luis saluts/oreille
Aquilino Giron vuelta/oreille
Maxime Soleta sifflets /sifflets

Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour