• 1

Bayonne (01/09/2018 - tarde) : un drame, des oreilles et des promesses...

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Nous savons tous, aficionados, que la corrida charrie son lot de violence, de bestialité et tout le monde en accepte le principe. Néanmoins, quand nous sommes confrontés à la réalité d'une très grave blessure, il faut reconnaître que cela et c'est bien normal nous remue les "tripes". Thomas Joubert venu en remplacement de Juan Leal, a payé du prix fort sa condition de torero.


Le premier toro de Margé en début de faena l'a cueilli violemment et lui a transpercé la cuisse gauche arrachant la fémorale sur vingt centimètres. Durant son transport à l'infirmerie, l'infortuné arlésien a perdu près de deux litres de sang et ce n'est qu'au bout de 3/4 d'heures qu'il fut autorisé à être transporté à la clinique Belhara où il a été opéré en début de soirée. Marquée par cette accident, la corrida fut de celle où sans atteindre les sommets, on ne s'ennuie pas.
Le lot de Margé (tous les toros de 5 ans) bien armé, de corpulence sans excés a permis de maintenir de l'intérêt à la course, avec en point d'orgue le 5ème. La compétition des 6 toreros concept assez rare, fit régner une saine competencia et amena par les variétés des toreos proposés une diversité de bon aloi.

Avant d'être blessé durement T Joubert, se fit remarquer par une très belle demie donnée en remate de sa série de réception, par une mise en suerte en chicuelinas marchées donnée avec style. Après trois contacts avec le lancier pris en manso, le toro reste aux planches au debut de la faena. Joubert l'attaque par des statuaires et au moment du remate final se fait soulever de terre avec les conséquences que l'on connait désormais. Sergio Flores qui prendra le relais finit après quelques tentatives par se rendre à l'évidence que le Margé n'a guère envie d'en découdre, ce dernier se réfugiant aux planches. Une vilaine épée tranperçante suivie d'une demie et de deux descabellos en termineront avec l'animal - Silence

Le deuxième fut bien reçu dans le plis du capote de Flores, 3 rudes contact avec la cavalerie ne permirent pas au Margé d'éteindre la danger sourd qu'il fit régner en piste. Le mexicain dans une faena courte et droitière - le piton gauche s'avérant très difficile - impacta le public et conclut par une formidable épée qui à elle seule valait l'oreille concédée.

Après avoir été bien reçu dans les plis du capote de Tomas Campos, puis pris deux piques , le troisième exemplaire arriva au dernier tiers en se laissant faire des deux bords. En gardant la muleta à mi-hauteur, il construira une faena esthétisante où le style prédomina sans que le toro ne fut véritablement contraint. Emergea de l'ensemble , la dernière série de naturelles notamment , après un pinchazo , l'extremeño enfouit une entière qui libéra une récompense.

Francisco Jose Espada eut à affronter un toro distrait et sans engagement au capote. Le tiers de pique fut mal mené en deux contacts.Tardo et avec une tête peu disciplinée le Margé devait être maté. La tauromachie fragile et sur les bordures d'Espada ne le permit pas dans une faena trop longue. La conclusion médiocre aux aciers (épée plate au 2ème essai et 4 descabellos) n'arrangea pas la chose. Silence

Joaquin Galdos a lui par contre connecté avec le public et ce, dès les premières passes de cape données avec style et fermeté. Lors des deux piques, le Margé resta fixe sous le peto même s'il manqua de puissance. Le début genou plié puis des derechazos données avec force lancèrent la faena sur de très bons rails. La faena alla néanmoins a menos dans sa deuxième moitié. On y remarqua à nouveau une grande série droitière. L'enthousiasme du public ne faiblit nullement , et l'entière pourtant tombée mais très efficace portée par le péruvien mit Lachepaillet en fusion. Oreille pébliscitée avec forte pétition de la deuxième que ne concéda pas la présidence (cf estocade). Grande ovation à la dépouille du bon Margé. Sous la pression populaire Galdos effectue deux vueltas aussi sonores que fut la bronca adressée à la présidence pour avoir refusé la deuxième oreille. Une promesse pour l'avenir du jeune sud-américain à revoir avec deux toros.

Promesse que laissa entrevoir le sevillan Pablo Aguado dans une réception aux accents andalous avec le capote. Le debut de faena après les deux piques laissait espérer tout autre chose. Après une première série de réglage, Aguado traça des premiers muletazos plein de classe et de toreria. Malheureusement le toro tardo et éteint, ne laissa la place qu'à quelques éclairs où l'on entrevit le potentiel du jeune homme. Après une entière en arrière qui coucha le Margé , une chaleureuse ovation salua sa performance. A revoir avec un matériel plus propice.


Bayonne
petite demi arène
6 toros de Margé
14 piques
Cavalerie Heyral

Thomas Joubert blessé
Sergio Flores silence (au toro de T Joubert)/oreille
Tomas Campos oreille
Francisco Jose Espada silence
Joaquin Galdos oreille (deux vueltas après forte pétition de la 2ème)
Pablo Aguado saluts


Philippe Latour

Voir le reportage photographique : Philippe Latour