Bayonne (02/09/2018 - matinale ) : gros triomphe d'Adrien Salenc...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Le lot de Los Maños de bonne présentation en général (même si inégal de trapio) revenait pour la 3ème année consécutive à Bayonne pour la novillada.

Divers furent leurs comportements, néanmoins trois d'entre eux par leur noblesse permirent aux toreros de s'exprimer. Adrien Salenc a connu une très belle journée exprimant un tempérament d'artiste et triomphant en grand au 4ème de l'envoi. Dorian Canton fut remarquable de poder au 3ème. Baptiste Cissé apparut tendu et passa une journée compliquée.

Churreron le tambour major, fut reçu dans le capote inspiré d'Adrien Salenc. Il donna quelques signes de faiblesse en sortant des deux piques mais arriva au dernier tiers avec une douce noblesse. Sans le brusquer, Adrien sert une faena tout en douceur et suavité, les meilleurs moments étant sur la corne gauche. L'oreille s'envole à l'épée après un mete y saca et une entière au 2ème essai. Vuelta.

Le 4ème fut reçu par des véroniques en tablier superbes. Le Maños ne brille pas particulièrement sur les deux piques administrées. Il arrive au dernier tiers en répétant sans vice ses charges des deux bords. Collaborateur idéal, il permet au natif de Nimes de construire une faena d'un sens artistique affirmé. Toréant avec beaucoup d'empaque, Adrien se fait plaisir et profite de la qualité de l'embestida du novillo. La faena va crescendo et s'agrémente de remates et details très torero. L'entière enfouie au premier essai est rapidement efficace et fait tomber sans coup férir deux oreilles méritées. Malgré la pétition, la vuelta n'est pas accordée au Maños sûrement à cause de l'épreuve des piques.

Baptiste Cissé sembla contracté par l'enjeu et n'arriva pas vraiment à se libérer. Pirujo est noble mais fade.Pourtant , le torero n'arrive pas à trouver le rythme et la distance adéquate en témoignent les trois désarmés subis. La faena sera longue Baptiste cherchant en vain la solution. Deux tiers d'épée au second essai tombe le Maños. Silence

Le 5ème va être changé etant complètement décoordonné du train arrière. Son sobrero plus fait que ses congénères ne va pas permettre d'inverser la tendance du jour. Aparecido ne se livre ni au capote ni sous les deux piques. Il arrive éteint et sans option au dernier tiers. Baptiste abrège assez vite après de vaines tentatives de nouer le dialogue avec le novillo. Une entière, un descabello . Silence.

Le 3ème est sur la réserve dès sa sortie. Il faut aller le chercher pour le piquer ce qui sera fait avec difficulté par le piquero. El Monteño frôle la volterata aux palos. On ne donnait pas cher de la faena à venir. Avec beaucoup de maturité et de poder , Dorian Canton, va déjouer les pronostics et construire une faena pleine d'intelligence. Gagnant le centre , il va se colloquer au mieux tout au long de son travail s'imposant au fur et à mesure, avec pour sommet de belles séries gauchères. L'épée au 2ème jet libére une oreille méritée très fêtée.

Le novillo qui va cloturer les débats , gris de pelage, sera durement et mal chatiè en deux puyazos. Il en ressort arrêté. La faena sera celle d'un passe à passe, le Maños finissant par aller aux planches. L'animal regarde l'homme avant de suivre le chemin dessiné par la muleta. La faena va a menos, et la conclusion en 4 temps aux aciers un peu longue. Silence

Bayonne

1/3 d'arène

7 Novillos de Los Maños (le 5 invalide étant remplacé par un novillo du même fer)

13 piques , cavalerie Heyral

 

Adrien Salenc Vuelta/2 Oreilles

Baptiste Cissé Silence (avis)/Silence

Dorian Canton Oreille/ Silence

Marc Antoine Romero au 2ème, El Santo et Manolo de los Reyes au 5ème furent invités à saluer aux banderilles

Salut du mayoral à l'issue de la novillada.

 

Philippe Latour

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour