• 1

Vic Fezensac (16/09/2018) : Yon Lamothe remporte le trophée « Vinos y Toros » 2018...

b_400_600_0_10_images_temporadas_2018_Septembre_Visuel_Vic_16092018.jpgDepuis deux temporadas, le Club Taurin Vicois organise pour les Fêtes de la Saint Mathieu, et dans le cadre du rassemblement « Culture Sud 32 », une novillada non piquée. Y participent le vainqueur du Bolsin de Bougue et deux autres novilleros sélectionnés lors des tientas organisées durant la saison. Cette année ont défilé au paseo Adam Samira, Solalito et Yon Lamothe. Ils ont été opposés à des erales de l’Astarac, fer d’origine Pedrajas, propriété de Jean Louis Darré.

Bien présentés, hauts sur patte et avec des têtes adaptées à une non piquée, les novillos de l’élevage gersois sont sortis nobles mais trop justes de forces. Seul le troisième plus solide a tenu et permis à Yon Lamothe de réaliser la meilleure faena de l’après-midi et de remporter le trophée « Toros y Vinos».

Le premier eral est abanto. Il met bien la tête dans la muleta d’Adam Samira. L’arlésien se fait accrocher la cape et subit un désarmé. Il perd à nouveau les trastos lors de la série de doblones qui « inaugurent » la faena. Compte tenu de la faiblesse du bicho, Adam doit le toréer à mi hauteur ce qui ne l’empêche pas de fléchir lors des deux premières séries de derechazos. Le toro est noble mais n’a pas les moyens physiques de sa noblesse. Le jeune novillero a du mal à trouver le sitio. Sur l’unique série à gauche, il se met en difficulté en se gardant le toro sur lui. La faena est parfois brouillonne, manque de construction et de transmission. Elle est mal conclue avec les aciers, silence pour le torero.

Le second, le plus costaud du lot, est reçu avec efficacité à la cape par Solalito. Yon Lamothe lui fait un bon quite par chicuelinas. Du tercio de banderilles à charge du torero nîmois, on retiendra une paire très risquée le long des barrières et un bon quiebro. Le novillo est tardo. Il faut le solliciter avec autorité pour déclencher sa charge. Il manque de force, tombe dès le début de la faena. Il a tendance également à envoyer des coups de tête. Avec application, le nîmois allonge le bras pour donner de la longueur à la charge de l’Astarac. Il tire une bonne troisième série à droite mais la faena manque de transmission par la faute du novillo. Le bicho se garde de plus en plus et ne permet pas grand-chose à gauche quand le torero essaie de lui tirer des muletazos sur cette corne. Solal réduit les terrains pour donner un peu de relief à sa faena avec une tauromachie plus « trémendiste ». Comme souvent avec ce type de toros faibles et qui transmettent peu, le torero, malgré ses efforts, à du mal à accrocher le public. Solal fait durer un peu trop la faena et pinche deux fois avant de mettre une bonne entière en place, salut du torero au tiers.

Le troisième sort avec plus de gaz que les deux premiers. Il est bien reçu à la cape par Yon Lamothe avant un quite un peu trop violent d’Adam Samira. Après avoir brindé au public, Yon place le novillo au centre. L’Astarac est un peu juste de forces et a tendance après la seconde série à vouloir partir aux planches et Yon doit le remettre au centre du ruedo. Avec intelligence, le landais toréé à mi hauteur, avec douceur et tire de bonnes séries de derechazos profitant de la noblesse du bicho. Il arrive à tenir le novillo dans la muleta malgré son envie de s’échapper vers les barrières Yon toréé avec un certain temple et relâchement, prend le dessus sur un eral qui va même à mas. Le novillero arrive à baisser la main à droite avant de conclure par deux bonnes séries de naturelles Il pinche une première fois avant de placer une entière un brin en avant et de descabeller à la première tentative. Yon coupe une oreille et remporte le trophée « Toros y Vinos».

Au titre de récompense « toros », il en aura d’autres pour l’aspect « Vino », Yon se voit offert l’opportunité de toréer puis tuer un second eral. Ce quatrième est un joli novillo, le mieux présenté de la tarde. Il met la tête et semble avoir des possibilités. Mais il est faible et a problème au niveau du train arrière. Très vite ce défaut s’accentue, rendant le novillo invalide et impropre à la lidia. Yon abrège la faena après quelques muletazos d’une quasi entière basse.

Fiche technique
Arènes de Vic Fezensac, novillada non piquée des Fêtes de la Saint Mathieu
Quatre erales de la ganaderia de l’Astarac, bien présentés, nobles mais trop justes de forces pour :


Adam Samira : deux avis et silence
Solalito : un avis et salut au tiers
Yon Lamothe : un avis et une oreille, silence à celui lidié en tant que vainqueur du trophée « Toros y Vinos».


Moins d’un quart d’arènes
Météo estivale, température supérieure aux normales de saison


Thierry Reboul