• 1

Nîmes (16/09/2018 - tarde) : Un final épique et le triomphe pour Octavio Chacón...

©ElTico
©ElTico
La corrida de clôture de la temporada nîmoise a tenu toutes ses promesses, avec un lot de Victorino Martín superbement présenté et rugueux de comportement, combattu par trois toreros révélés ces deux dernières saisons face à des corridas dures, qui avaient compris l'importance de cette comparution en arène de première catégorie, la course étant retransmise en direct par la télévision espagnole.

Tous trois, dans leurs styles, ont fait honneur à leur engagement, dans une confrontation où le moindre muletazo donné au plus près du canon, demande quasiment un effort surhumain. Et si au final c'est Octavio Chacón qui sort a hombros par la porte des cuadrillas, Emilio De Justo et Pepe Moral auraient du au moins l'accompagner s'ils n'avaient échoué aux aciers.
Le final a été dramatique, lorsque Pepe Moral s'est fait cueillir spectaculairement lors d'une série de naturelles. Voulant revenir au combat malgré les conseils de son entourage et les protestations du public, il a tenu à estoquer son adversaire à deux doigts de l'évanouissement. Il souffre de deux blessures par corne de toro, la première provoquant l'éviscération du scrotum et l'autre, superficielle, dans le triangle de Scarpa.

Laurent ElTico Deloye


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Octavio Chacon réceptionna le premier de la tarde par un capoteo vibrant avant de le conduire avec élégance pour une première ration correcte. Pour la seconde rencontre, le torero de Prado del Rey plaça le cavalier devant la présidence. Le Victorino, andarin, mit du temps à se fixer et à démarrer d'une bonne dizaine de mètres. Pique courte, sans excès pour cause de manque de conditions physiques du quadripède. Dès les premiers échanges muleteros, l'astado se montra très dangereux, se retournant violemment sur les chevilles du torero. Prenant instantanément la rive gauche, Octavio livra un vrai combat, sortant de son voile trois tandas pleines de valeurs et de technique. Il prit ensuite la main droite et sans reculer d'un millimètre face à une corne droite mal intentionnée, il s'arrima pour chiper deux séries de derechazos avec un courage sans faille. Trois quart de lame de côté concluant. Oreille.

Le second pour Emilio De Justo joua vilainement des pitons lors du capoteo de salida. Le Victorino fut mal piqué sur une première rencontre rectifiée avant une seconde sans histoire. Brindis à son apoderado Ludovic Lelong "Luisito". Les premiers passages montrèrent que l'animal ne serait pas du genre collaborateur. Face à ce toro à demi charge, restant dangereusement dans les jambes, Emilio fit l'effort et parvint, lors d'un ensemble méritoire, à extirper notamment plusieurs naturelles de qualité mais sans que le tout ne puisse monter en relief. Mort par entière engagée après pinchazo. Ovation avec Salut.

Pepe Moral fit vibrer les étagères lors de longues veroniques d'ouverture, ponctuées par une demi de lujo. Le Victorino reçut ensuite deux piques, mettant les reins mais sans parvenir à déplacer le groupe équestre. A la muleta, le Victorino se montra très intéressant sur la corne droite, ce qui permit à l'espagnol de tracer en premier lieu deux séries de derechazos templées, allongeant bien le bras. Le passage sur la corne gauche fut moins fluide, le toro se montrant moins propice au toreo sur ce bord. Reprise de la diestra pour trois tandas, toute en toreria et en rondeur, récoltant ainsi des olés appuyés lors des échanges. Mort par épée trasera non concluante, suivie de trois coups de descabello, lui faisant certainement perdre l'octroi d'une oreille. Vuelta.

Octavio Chacon lidia par fuera son second adversaire, traversant d'un bout à l'autre la piste, sans se faire toucher une seule fois le capote. Mis en suerte avec application, le Victorino mit les reins par deux fois mais ne déplaçant que légèrement la cavalerie. Les premiers échanges sur tribord firent apparaître un piton droit à tête chercheuse, ne donnant que peu de possibilité. Saisissant sans attendre la main gauche, plus propice au toreo, le protégé d'Antonio Caba imprima plusieurs séries de naturelles méritoires qui pesèrent sur l'animal. En fin de faena, il enfila le bleu de chauffe et réussit à donner un peu plus d'intensité à son labeur en volant de courageux derechazos, qui trouvèrent écho dans les travées. Il tua par un trois quart de lame après pinchazo qui libera un autre trophée, synonyme de sortie à hombros.

Le cinquième fut reçu avec un capoteo de velours avant de se faire administrer deux piques sans éclat. A la muleta, Emilio De Justo prit instantanément la bonne cadence sur une corne droite supérieure, imprimant deux séries de bon goût. Après un passage sur la corne gauche, servant quelques naturelles de belle consistance face à un Victorino moins abordable sur ce côté là, l'espagnol fit aller son trasteo a mas lors d'un final de haute volée. Les tandas suivantes de derechazos furent vibrantes, remplies de profondeur, sentiment et relâchement, faisant ainsi se lever la foule. Hélas, une mort par entière et trois coups de descabello lui ota les deux oreilles qui lui semblaient promises. Oreille.

Le sixième prit deux piques, de distance croissante, mais sans montrer de grande caste sous le fer d'un Francisco Romero très précis. Rafael Gonzalez et Pascual Mellinas saluèrent après un second tercio de qualité. Au dernier tercio, Pepe Moral trouva rapidement la bonne distance et dessina une série droitière très harmonieuse et templée, laissant augurer une suite des plus radieuse. Hélas sur les échanges suivants, l'andalou se fit sévèrement prendre. Blessé et à la limite de l'évanouisssement, le diestro espagnol insista pour revenir en piste alors que le public lui indiquait fortement de rejoindre l'infirmerie. Livide mais héroïque, il reprit les trastos malgré les recommandations et traça quatre naturelles avec les tripes avant de loger une lame trasera concluante. Il regagna l'infirmerie sous les cris de "Torero Torero". Oreille.


Arènes de Nîmes (30)
Dimanche 16 septembre à 17h30
6 toros de Victorino Martin très bien présentés, de jeux inégaux.
Poids : 521 , 549 , 516 , 554 , 551 , 546.
1/2 plaza
Beau temps
Durée : 2h45
Présidence : Laurent Burgoa

Octavio Chacon : Oreille après avis / Oreille après avis
Emilio De Justo : Ovation avec Salut après avis / Oreille après avis
Pepe Moral : Vuelta après avis / Oreille

Octavio Chacon sortit à hombros.
Le mayoral salua à l'issue de la corrida.
Octavio Chacon confirmait son alternative avec le numéro 85 , pesant 521 kilos , né en janvier 2014.
Emilio De Justo confirmait son alternative avec le numéro 2 , pesant 549 kilos , né en décembre 2013.
Pepe Moral confirmait son alternative avec le numéro 49 , pesant 516 kilos , né en février 2014.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico