Fiesta campera Mont de Marsan (21/09/2018) : pour le plaisir...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
La peña Cap Aficion et La Tumade proposaient en ce vendredi soir dans les arènes du Moun de faire un voyage mêlant nostalgie et modernité.

En effet aux cotés des expérimentés Stéphane Fernandez Meca et Cristina Sanchez étaient programmés les grands espoirs locaux Dorian Canton, Yon Lamothe et les élèves d'Adour Aficion. Solalito était l'invité de dernière minute.
Les étagères s'étaient remplies assez modérément pour l'occasion.

La première vache d’Alma Serena fut reçue par Tristan Barroso qui va démontrer sons sens artistique capote en main rematant ses passes par des demies aux accents andalous. La vache de petit gabarit va a mas aux contacts ( légers) du cheval avant d'offrir sa noblesse au jeune apprenti qui va dérouler des deux bords son répertoire avant de terminer son travail par des bernardinas dont il sortira bousculé et ovationné.

La deuxième vache de La Espera montre sa rage et sa caste sous 4 durs contacts avec le lancier. Noble sans niaiserie, elle offre une belle charge dans la muleta de Solalito qui servira moultes séries sans que l’animal ne baisse de ton. Solal aurait pu sans souci exiger encore plus en rentrant plus franchement dans son terrain. Juanito sorti de second pu se mettre en valeur la bête répétant sans sourciller ses embestidas.

La troisième vache d'Alma Serena est plus sérieuse de gabarit. Dévolu à Cristina Sanchez qui se montre prudente dans sa réception à la
cape, l'animal arrive juste de forces après sa double épreuve au cheval. Cristina va toréer à mi hauteur et sans trop se confier dans la première moitié de faena. Elle finira par trouver terrain et distance plus adéquats et termine en se faisant plaisir et en se rappelant au bon
souvenir de celles et ceux qui l'ont vu en costumes de lumières.

Stephane Fernandez Meca très affûté eut le bonheur de tomber sur une très grande vache du Lartet. S'élançant 5 fois au cheval au galop et sans faiblir, l'animal va exprimer toute sa caste dans la muleta ferme et inspirée du maestro. La faena sera vibrante et pleine d'émotions à l'image de ce superbe exemplaire qui va soulever l'enthousiasme du public. L'éleveur salue en piste à la fin de la prestation.

Yon Lamothe va quant à lui affronter un eral d'Alma Serena violent et brusque y compris sous les trois picotazos administrés. L'animal ne
s’améliorera pas au dernier tiers rendant la tâche difficile pour le torero qui servira une faena plutôt gauchère en essayant de garder l'eral
dans sa muleta alors qu’il tirait de plus en plus vers les planches. Final à l'épee en deux temps. Saluts.

Le dernier novillo est du Lartet. Bien reçu en douces véroniques de Dorian Canton il s'avère manso sous le double contact avec le fer.Se
laissant faire sur les premières séries, le Lartet devient rapidement moins clair et envoie durement Dorian dans les airs heureusement sans trop de mal. La deuxième partie de la faena sera courte avant une fin en manoletinas et une belle entière qui fera tomber l'oreille.

Philippe Latour

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour