Arnedo (28/09/2018) : Vuelta de Juan Carlos Carballo pour une première sans éclat...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Cette première du zapato de oro ne restera pas dans les mémoires. Le lot de Pedres, corpulent et d'armures diverses, faible dans l'ensemble, ne permit pas faut-il dire aux toreros de pleinement s’exprimer à l'exception du 4bis.

Carballo qui rentrait dans le cartel en substitution de Carlos Ochoa en profita pour signer les meilleurs muletazos de l'après-midi

Juan Carlos Carballo
Le premier novillo donne des signes de faiblesse rapidement. Ses deux piques sont données au cheval de réserve. Le novillo n'a guère de classe. La faena sera quasi exclusivement droitière. Carballo va essayer de garder le novillo au centre alors que sa tendance naturelle était de partir aux barrières. Sans douceur dans la passe, sa faena plait néanmoins au public malgré le manque de profondeur. Une entière en arrière en finit avec l'animal. Vuelta
C'est avec un sobrero, le titulaire s'étant déboîté le sabot, que Carballo va en découdre. S'il ne s'investit guère au capote, le Pedres prend une longue et dure pique sous laquelle il s'emploie. Après un bon démarrage par le bas, Carballo laisse partir le novillo de loin. L'animal se défend dans la passe avant de se rendre lors la troisième série. Le torero prend donc la main gauche avec laquelle il a tendance à être codillero. Néanmoins quelques détails de classe émergeront sur cette rive. Tout se gâte avec l’épée (demie au 6ème essai suivi de deux descabellos avec avis). Silence.

Pablo Atienza
Son premier Pedres après avoir été salué d’une larga des rodillas se donne une vuelta de campana qui va l'affaiblir. Une seule pique. Le toro avertit son adversaire dès l'entame de faena avant de perdre tous ses moyens physiques. Sa charge se fait au pas, dès lors toutes les tentatives du torero manque singulièrement d'impact. Un pinchazo hondo suffira à abattre l’animal. Silence.
Le cinquième Pedres n'exprime guère de qualités. Il arrive désordonné dans la muleta d'Atienza qui a un mal fou à régler le coup de tête qui conclut chaque charge. Il restera strictement sur le côté droit avant de conclure dans l'indifférence. Silence

Alejandro Gardel
Sa réception au capote en baissant la main sera le meilleur moment de son actuacion au 3ème de l'après-midi. L' animal qui ne prend qu'une pique offre une embestida sans vice mais plutôt fade. Gardel tire des lignes droites sans contraindre le Pedres et ne rentre pas assez dans le terrain du novillo. La conclusion aux aciers est laborieuse (entière au 4ème essai). Silence.
Le dernier de l’envoi ne releva pas le niveau puisqu'il il s'affala avant la pique et fut changé au moment des palos. Sortit donc le deuxième sobrero du même fer. Gardel ne sembla pas enchanté par sa charge au capote. La vuelta de campana effectuée avant la puya n'améliora ni la solidité du bestiau ni la confiance du torero. Le Pedres charge au pas sans baisser la tête. Les essais muleterils des deux bords ne sont guère enthousiasmants mais déclenchent la musique. La faena va a mas grâce a quelques passes de goût (passes de la firma, trincheras). Une entière au second essai fait tomber le Pedres et le rideau sur cette grise première de feria.

 

Arènes d’Arnedo
1/3 d'arènes
8 Pedres (le 4 boiteux remplacé par un animal du même fer ainsi que le 6ème remplacé pour faiblesse)
7 Piques –


Juan Carlos Carballo Vuelta/Silence (avis)
Pablo Atienza Silence/Silence
Alejandro Gardel Silence/Saluts

JC Carballo remplaçait Carlos Ochoa qui a décidé de mettre un terme à sa carrière.

Philippe Latour