La Brede (22/06/2013) : Thomas Dufau triomphe, Alberto Aguilar confirme

  • Imprimer

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour
A La Brede, l’aficion est bon enfant et les arènes sont bien remplies. L’édition 2013 n’a pas dérogé à la règle. Malgré le temps menaçant il a fallu retarder d’un quart d’heure le paseo pour permettre de désengorger la taquilla.

Ricardo Gallardo sait s’adapter et envoya un lot de Fuente Ymbro d’agréable corpulence et aux aimables encornures. Six contacts avec la cavalerie. Seul le 6ème dans une belle poussée donna l’illusion de la bravoure. Au final, les 1 et 6 n’étaient  vraiment pas bons. Les 2,3 et 5 se laissaient à peu près faire sans posséder un moteur très puissant. Seul  Virtuoso  sorti en 4ème position répétait plus franchement.

Il tomba sur Alberto Aguilar qui a démontré que sa  place pouvait être ailleurs que dans les seuls endroits où sortent aurochs et mammouths. Avec un évident plaisir, il toréa avec lenteur et suavité des deux côtés en faisant preuve d’intelligence,  acceptant peu à peu de toréer sans l’obliger outre mesure en querencia son adversaire qui au fur et à mesure tirait vers les plaches. Il est vraiment dommage que l’épée défaille et limite le succès à une simple mais très ovationnée vuelta. Son premier toro ne permettait rien.

Thomas Dufau était sorti sur les épaules en 2012, il a récidivé en 2013. Huron et Taranta qui lui furent opposés avaient de la noblesse mais pas assez de fond pour durer. Le landais pour lequel le public girondin avait les yeux de l’affection déroula les faenas qu’on lui connait à base de cambiadas, de circulaires inversées au milieu desquelles s’intercalent des séries plus classiques des deux mains. Sa faena au 2ème de l’après-midi fut la plus allègre, la corne droite lui permettant des servir les passes en rythme, celle au 5ème plus dans les cornes s’adapta  à la condition de l’animal plus arrêté. Une entière en coup de canon et une demi-épée  efficace permirent de parachever positivement ses prestations et  au public d’obtenir une oreille de chaque animal.

Sergio Flores avait sûrement dans sa chair et dans son esprit le douloureux souvenir de sa confirmation d’alternative madrilène. Face à Esmerado dont la charge n’avait selon l’éleveur lui-même aucune classe, il fut inégal tardant à trouver le bon rythme qui arriva en milieu de faena. Le temps pour le mexicain de se laisser dangereusement voir, il fut pris dans une impressionnante voltereta heureusement sans conséquence mais qui  provoqua l’émoi dans les gradins. Comme après une entière le Fuente Ymbro tomba très vite, c’est avec une oreille à la main que le torero fit un tour du ruedo. Le dernier Libelula se vida dans l’épreuve de la pique dans une forte et longue poussée, il arriva presque sans passe dans le ventre au dernier tiers et l’après-midi se termina sur une note quelque peu  morose et sous quelques fines gouttes de pluie. 

 

La Brede  –  arène pleine 

6 Fuente Ymbro

Alberto Aguilar                silence/vuelta

Thomas Dufau                 oreille/oreille

Sergio Flores                  oreille/silence

 

Phiilippe Latour

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour