• 1

Bayonne (15/08/2016 - tarde) : Aux côtés de Alberto Lopez Simon, Jose Garrido triomphe et prend date...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Devant une demie-arène et dans un décor décalé et très éloigné de l'esprit de Goya, s'est déroulée la traditionnelle corrida du 15 août de la temporada bayonnaise. Les Domingo Hernandez (seul le 5ème était du fer de Garcigrande) ont proposé un jeu assez classique chez cet élevage, l'essentiel de leurs qualités s'exprimant au dernier tiers. Miguel Angel Perera effacé a connu un journée très grise, Alberto Lopez-Simon très à son aise gagna aisément la grande porte qu'il franchit en compagnie de Jose Garrido qui, grâce à sa faena réalisée au 3ème, marqua les esprits et a sûrement pris date pour un retour à Lachepaillet.

Miguel Angel Perera
Le premier de l'envoi eut une sortie de distrait. Après les deux piques de protocole, il se révéla fade et soso mais délivrera un génant petit coup de tête en fin de passe. De fait la faenita des deux bords de Perera ne décollera jamais. Pinchazo hondo, descabello - Silence.
Désarmé d'entrée par le 4ème, le natif d'estrémadure ne put obtenir le desquite. Dans une tauromachie austère et répititive, il ne put embarquer que le Domingo Hernandez dans son travail de muleta, le public restant insensible. Silence.

Alberto Lopez Simon
Pizpireto le deuxiéme de l'envoi, de belle présentation se comporte dès sa sortie en fuyard et regarde par dessus les barrières avant de se lancer sans classe dans le capote. 3 contacts de manso avec la cavalerie. Le toro n'a guère d'esprit combatif. Le madrilène va opter pour une tauromachie qu'on lui connait profilée mais administrée au près obtenant ainsi sans trop exiger la répétition des charges. Emergèrent de cette faena quelques gauchères. Entière en arrière. Oreille
Bien plus interessant sera le travail réalisé au 5ème. Duendecillo seul Garcigrande véritable de l'après-midi fut bien difficle à fixer au capote et prit les deux piques avec mauvais style. Pourtant il va arriver au dernier tiers comme un collaborateur idéal et va s'engouffrer dans la muleta du madrilène qui tout en verticalité fera passer son adversaire avec douceur et temple. Il manque l'émotion du vrai combat mais les séries s'enchaînent avec rythme et le public adhère avec enthousiasme. Entière sur le devant suivi de deux descabellos. Oreille

Jose Garrido
Après avoir bien reçu au capote le 3ème de l'envoi, Garrido va vite trouver le rythme de sa faena. Bercé par le concerto d'Aranjuez, il va prendre le temps de composer son travail où les séries droitières pour la plupart seront marquées du sceau de l'élégance et du bon goût d'autant que le toro se prêtera facilement au jeu. Terminée par des aidées par le haut et une trinchera de cartel, la faena sera mal conclue aux aciers (entière au 2ème essai + deux descabellos) réduisant la récompense à un seul pavillon.
Le démarrage genoux en terre pour une série de derechazos bien administrés sera le sommet de sa seconde faena qui ira ensuite a menos, devenant même brouillone parfois. Un final au près des planches qui précédera une vilaine entière déclenchera tout de même une pétition majoritaire. Oreille

En intermède face à un animal de 637 kilos, les recortadores se livrèrent à une série d'écarts et de sauts qui impressionnèrent l'assistance. Il faut dire que face à un tel autobus, les frêles toreros, dont Mika Romero le bayonnais en tête, paraissaient bien petits.


Bayonne
Corrida Goyesque du 15 août
1/2 arène
5 Domingo Hernandez et 1 Garcigrande
13 contacts avec la cavalerie Heyral

Miguel Angel Perera : Silence/Silence
Alberto lopez Simon : Oreille/Oreille
Jose Garrido : Oreille/Oreille


Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour