• 1

Bayonne (04/09/2016 - matinale) : Baptiste Cissé vainqueur des novilladas non piquées...

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Qualifiés lors des novilladas éliminatoires organisées lors de la fête du Cercle Taurin et le 15 août, le tyrossais Baptiste Cissé et le mexicain Diego San Roman se sont affrontés pour la finale des non piqués bayonnaises, ce dernier jour de la Féria de l’Atlantique. En arbitres de cette compétition sont sortis quatre erales de la ganaderia du Lartet. Plus légers qu’à Dax, ils ont manqué de forces à l’exception du quatrième qui débordera San Roman.

Côté toreros, il n’y avait pas photo entre Cissé expérimenté et prêt à passer à l’échelon supérieur et un San Roman, très vert, plein de bonne volonté mais aussi très codillero.


Le premier eral est léger, mais bien proportionné. Il passe mieux au début à gauche qu’à droite. Il est tardo et manque de forces, tombant à plusieurs reprises. Baptiste Cissé doit le soutenir en le toréant à mi hauteur. Sur les derechazos, le bicho a tendance à se coucher sur le torero. Il manque de charge à gauche. Le combat tourne court faute de combattant, le novillo s’étant très vite éteint. Le landais s’engage en décomposant bien les temps pour une entière en place et efficace. Il salue au tiers.
Le second a manifestement perdu récemment du poids. Il aura quand même plus de forces que le premier. Il charge sans conviction mais avec une certaine violence. Diego San Roman brinde sa faena à Sebastien Castella, son mentor. Le toro est soso et le novillero marginal. Il enchaine des séries en étant fuera de cacho, se mettant le bicho dessus en fin de passe. Il sera accroché par un novillo qui s’est décomposé. Cette faena brouillonne est mal conclue par une entière en avant et atravesada.
Le troisième est plus costaud. Il manque de force, mais noble il a de la charge. Il accroche le mexicain à la fin d’un quite élégant mais brouillon. Baptiste Cissé brinde à Olivier Barratchart et commence sa faena par des passes aidées par le haut. Le toro est noble mais il est violent quand il charge. Le novillero arrive à lui imposer sa volonté sur la corne droite où il enchaine de bonnes séries. A gauche, l’eral passe moins bien et cette corne menacera à plusieurs reprises Cissé. Le toro ne finit pas aller à menos, mais l’essentiel du travail était fait. Le jeune torero tue d’une épée en avant et tombée. Il coupe ce qui sera la seule oreille de la matinée. Le novillo est applaudi à l’arrastre.
Le quatrième est le plus sérieux du lot. Il a de la caste. Le mexicain l’entreprend, e se croisant, par deux bonnes séries de derechazos puis de naturelles. Puis le torero se fait voir. Accroché à plusieurs reprises, il est débordé par un eral dont il n’a ni l’expérience, ni la compétence pour en exploiter le potentiel. Diego San Roman sera KO après une nième voltereta. Conduit à l’infirmerie groggy, il reviendra rapidement en piste pour achever sa faena sur un régime trémendiste qui le mettra à nouveau en danger. Il tue d’une très vilaine épée caîda et atravesada. Le toro est applaudi, le torero salue. Public et ganadero sont frustrés car il y avait mieux à faire avec ce novillo.
Comme d’habitude à Bayonne, une kyrielle de prix sont attribués. Baptiste Cissé en recueille une écrasante majorité dont le plus convoité, le prix de la ville de Bayonne.

Fiche technique : Finale des non piqués bayonnaises.
Quatre erales de la ganaderia du Lartet, légers, justes de force, les troisièmes et quatrièmes offrant le plus de possibilité pour

Baptiste Cissé : salut, une oreille
Diego San Roman : salut, salut

Président : Patxi Arrieta

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour