• 1

Mont-de-Marsan (17/07/2013) : Carton plein pour Fandiño

Photo : Pierre Vidal
Photo : Pierre Vidal
Donné comme outsider, Ivan Fandiño s'est comporté en leader. El Juli a du se battre pour défendre son statut de chef de bande et malgré sa volonté, il ne put imposer sa loi au torero d'Orduña qui a marqué, à Mont-de-Marsan, un point important. El Juli est sorti des arènes montoises contrarié de ce résultat "trois à un" en fait, et, dépité, il s'est refusé à faire son apparition habituelle à sa peña où il était très attendu. C'est dire si le moment est historique...
 
La corrida de Gallardo très bien présentée et armée sérieusement, n'a pas eu dans son ensemble le rendement que l'on pouvait en attendre. Un manque de fond et de moteur qui n'a pas nuit à la qualité du spectacle, car il y avait entre les acteurs une vraie competencia qui a donné le piment nécessaire au spectacle. Le cinquième fut nettement au-dessus de ses frères mais, justement, Matias Tejela ne fut pas à sa hauteur. Le sixième compliqué avait de la transmission.12 piques au total.
 
El Juli devant le fade premier ne put s'exprimer.Il conclut rapidement par une estocade foudroyante. Son second fut renvoyé aux corrals après s'être cassé la corne contre le burladero. Julian se coltina le sobrero qui ne s'en laissait pas compter. Fandiño, avant lui, venait de couper deux oreilles. Le madrilène ne voulut pas s'en laisser compter et il imposa sa loi au rétif avec une entrega et un pundonor admirable. Certes ce ne fut pas du cousu main de l'ouvrage de dentelle, mais un exercice périlleux où le maestro calé entre les cornes arrachait passe après passe. Estoconazo et oreille.
 
Matias Tejela coupa la première oreille de la féria devant un animal de peu de caractère. Faena de peu de poids, plaisante certes mais sans peser réelement sur le toro. Grande estocade. Il passa à côté de l'excellent cinquième, mais le tua une fois encore d'une grande estocade. Faible pétition et le président, sagement, refusa le pavillon qui lui aurait ouvert la porte d'un triomphe exagéré.
 
Ivan Fandiño fut le héros du jour. Il se montra disposé au triomphe d'un bout à l'autre multipliant les quites élégants, par tafalleras notamment. Il mena sa lidia avec l'attention et le sérieux qu'on lui connaît. A ses deux passages, il se montra puissant soumettant ses adversaires à sa volonté avec autorité. Mais cette puissance qu'on lui connait était accompagnée d'une élégance qu'on ne lui connaissait pas. Il fut dans le rythme dans ses séries et son classicisme affiché s'accompagna de détails plaisants. Il y eut même des circulaires inversées qui firent leur effet. Il tua ses deux adversaires de deux estoconazos (le second, au second voyage) et se tailla un franc succès.
Madeleine part sur de bonnes bases.
 
Pierre Vidal
 
 
Mont-de-Marsan, mercredi, première de la féria de La Madeleine. Lleno. 
Canicule.
7 Toros de Fuente Ymbro, le quatrième en sobrero.
 
El Juli en sang et or: palmas et une oreille
Matias Tejela en framboise et or: une oreille et salut du callejon (il s'est refusé à saluer, malgré l'ovation)
Ivan Fandiño en canari de La Palma et or: deux oreilles et une oreille et sortie en triomphe.