• 1

Dax (16/08/2013) : un pas de plus pour A Aguilar

Photo : Marie Vidal
Photo : Marie Vidal
Face aux Escolar Gil, Alberto Aguilar a continué de creuser son sillon étant à deux doigts de sortir en triomphe. Le bétail très dans le type de la maison sans être terrifique a suffisamment emmené son lot de complications pour révéler au public qui remplissait une nouvelle fois les arènes les forces et les faiblesses des toreros en présence. 

A noter que le quatrième dut être changé dès sa sortie en piste par un sobrero du même fer, pour cause de boiterie des antérieurs. 13 piques furent administrées.

Face au premier qui n’humiliait pas vraiment mais sans présenter de dangerosité particulière, Fernando Robleño déroula une faena des deux côtés parsemés de quelques jolis détails mais sans grande émotion conclue par un bajonazo au 5ème essai. Le quatrième bis n’avait pas été fabriqué dans le même moule. Il fut le seul à être (mal) piqué trois fois et arriva dangereux et compliqué au dernier tiers. Décochant sans cesse et très rapidement son coup de tête, il fut bien difficile à Fernando de lier les séries. Robleño hésita entre le combat total et la sauvegarde de son intégrité physique .La main gauche fut à ce titre complètement conceptuelle. Néanmoins, il lutta jusqu’au bout avant de conclure avec l’épée de bien vilaine façon au 4ème essai.

La tauromachie de Morenito de Aranda et la charge du deuxième ne s’accouplèrent jamais vraiment. Faena superficielle et muleta trop loin du mufle de l’Escolar. Entière plate mais efficace au deuxième essai. Avec le cinquième qui mit la panique dans sa cuadrilla, Morenito va faire étalage de ses limites face à un animal collant, et se retournant vite .Peu de passes vont contraindre véritablement le toro qui va dominer les débats. Une grosse estocade autorisa le torero à saluer, saluts qu’il transforma en vuelta (pour son compte).

Alberto Aguilar a connu une bonne après-midi. Face au troisième, son placement un peu à l’extérieur convint à l’animal qui de fait ne fut pas trop obligé de modifier ses courses. Le madrilène sut donner ses naturelles en baissant la main puis termina en des séries de la droite données avec relâchement. Entière en arrière. Oreille et toro justement ovationné. Au dernier de la journée, Aguilar prit la mesure au milieu de son travail muleteril, là encore les naturelles en étant le moment clé. Les passes terminales confirmèrent son ascendant même si Alberto visita l’ensemble du ruedo au cours de sa faena. Mauvais avec les aciers, il vit s’envoler l’oreille.  

Philippe Latour

Dax  – Plein 

7 Escolar Gil (le 4 fut changé pour boiterie)

 

Fernando Robleño        silence/saluts

Morenito de Aranda      silence/vuleta

Alberto Aguilar             oreille/saluts

 

Voir le reportage photographique : Marie Vidal