• 1

Ganaderia Hubert Yonnet : "Maintenir la devise..."

Mas de la Belugue
Mas de la Belugue
Pour un aficionado, emprunter ce chemin qui mène à La Belugue, c'est s'avancer vers l'étoile, contempler un monument de l'élevage français. Depuis 1859, les toros aux couleurs verte et blanche ont connu tous les honneurs. Et leur propriétaire actuel, du haut de ses quatre vingt sept printemps, a toujours fait honneur avec fierté et courage, à la devise de la famille.

Ici, les toros, ont les aime forts et avec beaucoup de tempérament. Même si des efforts ont été consentis pour les accomoder aux goûts du jour. L'an passé, une excellente corrida est sortie à Vergèze en tout début de saison, qui aurait du être triomphale si les piétons avaient été à l'unisson. Grande novillada également à Lunel, où deux exemplaires auraient du avoir les honneurs de la vuelta posthume. Là aussi, malgré un très bon Roberto Blanco, le succès aurait dû être total sans maladresse à l'épée de ses deux compagnons de cartel. Olivier Faure, le mayoral, analyse froidement la situation : "C'est vrai que nos toros sont rarement intégrés dans des carteles pour les faire briller. Mais ce qui compte, c'est leur comportement et leur présence. La récompense, c'est que cette année encore, les empresas ont pensé à nous. "

Les toros de La Belugue seront à l'affiche à Aignan (32) le dimanche de Pâques ; à Saint-Martin de Crau (13) en compétencia avec 3 Jalabert le 27 avril, et en novillada à Céret (66) le samedi 13 juillet.

Laurent Deloye ElTico