Parentis (05/08/2018 - matinale) : Jesus Mejias remporte le certamen del Coso de Parentis...

  • Imprimer

©Philippe Latour
©Philippe Latour
Sur le modèle de la journée taurine de Garlin, les organisateurs parentissois ont décidé de « mettre en compétition » le troisième poste de leur novillada dominicale. Le public a eu à choisir entre Alejandro Fermin et Jesus Mejias à l’issue d’une fiesta campera où chacun a affronté un novillo de la ganaderia Couto de Fornilhos.

Bien présenté les deux toros ont eu un comportement très différent ce qui rend difficile une « évaluation comparative » des deux toreros. Le premier brave au cheval, bien qu’handicapé par un coup de corne reçu dans les corrales, a permis au novillero de construire une faena. L’autre s’est réfugié dès sa sortie en piste et a été aussi facile à l’en déloger qu’une personne au frais dans sa piscine par les températures caniculaires qui règnent depuis quelques jours dans le Sud-Ouest.

Le premier toro boite suite à sa blessure contracte dans les corrales et saute dans le capote d’Alejandro Fermin. Il prend sans être mis en suerte un premier puyazo léger avant d’en prendre deux autres en partant de loin et en mettant les reins. Fermin double son toro avant d’enchaîner sur deux bonnes séries à droite. Le toro a une charge courte d’autant plus que le novillero ne cherche pas à l’allonger. Sur un extraño, Alejandro se fait prendre et subit une voltereta spectaculaire. Le toro va à menos et est difficile à fixer pour entrer à matar. Alejandro Fermin salue après une mise à mort laborieuse.

Le second, un peu plus léger, longe les planches dans l’espoir de trouver une porte de sortie. Il prend deux piques en poussant mais sans grand style. Jesus Mejias prend les palos, pose deux paires de banderilles, la première bonne, la seconde trop en avant. Au troisième tiers, dès les premiers muletazos, le novillo prend querencia dans les tablas devant le toril. Tous les efforts du novillero pour l’en déloger seront vains. C’est toro collé au planche que le madrilène entre à matar pour trois pinchazos. Le Couto de Fornilhos se couche puis se relève avant de tomber définitivement au troisième descabello.

Deux urnes placées à la sortie des arènes ont permis aux spectateurs présents de désigner le meilleur torero de la matinée. Vox populi, vox dei c’est Jesus Mejias qui a été choisi par 180 contre 140 pour Alejandro Fermin.

 

Fiche technique
Arènes de Parentis : Fiesta Campera ‘Certamen del Coso de Parentis »
Deux novillos de Couto de Fornilhos pour :

Alejandro Fermin : salut
Jesus Mejias : silence

Cinq piques, cavalerie Bonijol
400 personnes environ
La canicule continue

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour