• 1

Boujan (29/06/2019) : La meilleure faena à Francisco Montero ; la meilleur pique pour Gabin Rehabi...

©ElTico
©ElTico
Après une dernière semaine marquée par les forfaits successifs de Aquilino Giron et de Manuel Ponce, puis l'alerte météo à la canicule, qui ont contraint l'organisateur de la Feria "Toros Y Campo 2019" à quelques ajustements de dernière minute, on se demandait quelle (mauvaise) surprise pouvait bien l'attendre alors qu'il faisait combattre pour la première fois de son histoire un élevage Portugais, par définition, sans référence...

Et finalement, les astados d'Antonio Silva, par ailleurs très bien présentés mis à part quelques pointes esquintées lors du débarquement (annonce faite au micron à l'issue du paseillo), ont donné un spectacle intéressant. Et même s'ils ne sont pas allés au bout du fait d'un manque de fond quasi généralisé, l'aficion "torista" pouvait se réjouir de tercios de piques animés et de difficultés à résoudre pour les toreros.
Ils ont surtout et en tout premier lieu le brave troisième exemplaire, permis de révéler au public Boujanais le novillero Francisco Montero, appelé de dernière minute que l'on connaissait surtout au travers de ses vidéos sur les réseaux, lorsqu'il s'envoie des "tontons" de 600 kgs dans les rues, qui a montré de belles dispositions et surtout, une envie de toréer débordante. Malheureusement, même les belles histoires ont leurs limites et bien que toréant plutôt bien, quoique à l'instinct, et sans réel entourage professionnel, tout ses espoirs de trophées se sont envolés épée en main, certainement par manque de pratique...
Souhaitons lui que d'autres organisateurs lui laissent sa chance. Ses larmes durant sa vuelta m'ont donné envie de le revoir bientôt. Je ne pense pas être le seul...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Alberto Pozo lidia par fuera son premier adversaire avant de lui faire administrer trois rations de fer. Face au piquero, l'astado s'élança avec détermination mais sans parvenir à pousser la monture. A l'ultime tercio, le torero d'Albacete ne fut jamais en confiance face à un exemplaire compliqué, réfléchissant beaucoup et manquant de race. Alberto Pozo réalisa un trasteo discret et peu croisé, qui n'impacta jamais les tribunes. Silence.

Cristian Perez conduisit son utrero au cheval pour trois rencontres. Tercio de banderilles de qualité où les deux subalternes ont salué. Lors du dernier tiers, le protégé de Denis Loré dut composer avec un opposant au danger sourd et présentant son lot de complications. L'espagnol tenta sur les deux rives sans succès. Après une lame non concluante, Cristian Perez connut de grosses difficultés avec l'usage du descabello, sa récente blessure à l'épaule n'y étant sûrement pas étrangère. Silence après deux avis.

Francisco Montero montra toute son envie en réceptionnant son premier novillo par larga de rodillas avant d'enchaîner par un capoteo plaisant et vibrant, déclenchant des olés appuyés des tribunes. Au tercio de varas, le bicho montra une très belle bravoure sous le fer de Gabin Rehabi, déplaçant la monture avec force et conviction, notamment sur une première rencontre de toute beauté. Sortie du lancier sous les palmas. Brindis de l'andalou à Geoffrey Calafell, ami du torero, qui l'a grandement aidé lors de sa préparation hivernale. A la muleta, l'Antonio Silva se montra mansito mais permit tout de même au torero de Chiclana de s'exprimer. Débordant d'envie, ce novillero à forte personnalité ne laissa pas passer l'occasion de briller. Sous les airs musicaux, il imprima un trasteo ambidextre de belle facture, à base de volupté et de temple, impactant logiquement le public. Final par des passes aidées par le haut avant de perdre une oreille pour cause de défaillances aux aciers. Vuelta émue aux larmes et applaudissements à l'arrastre.

Le quatrième du lot prit trois rations de fer dont l'initiale dès la sortie en piste de la cavalerie. Montera vissée sur la tête, Alberto Pozo initia son trasteo par des doblones avant une série droitière de correcte facture. Face à un animal manquant de race et de transmission, la suite du combat fut plus convenable que sa prestation antérieure mais sans pour autant arriver à donner du relief à ce labeur. Mort en deux temps. Ovation avec Salut.

Le cinquième, au large berceau de cornes, prit deux piques. A la muleta, Cristian Perez ne trouva jamais la solution aux équations posées par cet utrero. Silence.

Le dernier fut le plus imposant de la tarde, impressionnant de trapio et d'armure. Face au groupe équestre, il prit trois rations de fer, venant avec franchise mais sans s'employer sous le fer. Après un brindis à Manolo Vanegas, l'Antonio Silva se révéla sans grande charge ni transmission. Le torero de Chiclana sortit de son voile quelques passages isolés méritoires avant de connaître un échec répété aux aciers. Ovation avec Salut.


Arènes de Boujan sur Libron (34)
Samedi 29 juin, à 19h30.
6 Novillos d' Antonio Silva (Portugal) , très bien présentés et armés
Durée : 2h30
Temps beau et chaud
3/4 de plaza

A.Pozo : Silence / Ovation avec Salut
C.Perez : Silence après deux avis / Silence
F.Montero : Vuelta / Ovation avec Salut

Le prix de la meilleure faena fut décerné à Francisco Montero et remis en piste par Victor Mendes.
Le prix de la meilleure pique fut attribué à Gabin Rehabi.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico