• 1

Boujan (30/06/2019) : Le Prix à la meilleure faena pour Cristobal Reyes...

©ElTico
©ElTico
Cette novillada de clôture de l'Acte V de "Toros Y Campo" fut marquée par le manque de fond affiché par les pensionnaires de l'élevage Portugais de Veiga Teixiera et la maladresse récurrente des toreros à l'épée, ce qui avait déjà été le cas hier soir.

Aussi, l'histoire retiendra qu'aucune oreille n'aura été coupée lors de cette Feria, ce qui n'est en soi pas un gros problème, si ce n'est pour des novilleros pour lesquels les occasions de s'exprimer sont rares. Francisco Montero samedi, Abel Robles et Cristobal Reyes aujourd'hui, ne pourront s'en prendre qu'à eux même d'avoir laissé s'échapper des trophées qui semblaient leur tendre les bras. Malheureux au sorteo, Maxime Solera ne s'en sort qu'avec les honneurs...

Laurent Deloye ElTico

 

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Abel Robles lidia par fuera le premier de l'envoi avant de le conduire au piquero pour une première ration en carioca avant une seconde puya médiocre, pompée et très trasera. Le novillero demanda le changement, non accordé par la présidence, entraînant ainsi un picotazo. Brindis à Claude San Nicolas. Face à un animal mobile en début de faena, le natif d'Olot trouva la bonne distance, servant ainsi deux tandas droitières plaisantes. La suivante sur la même corne fut à menos, l'astado se montrant plus réservé. Le passage sur une corne gauche moins propice au toreo fut quant à lui de résultat irrégulier. Ultime tanda sur tribord sans relief. Mort par demi lame insuffisante, suivie d'un coup efficace de descabello. Silence et applaudissements à l'arrastre.

Le second, dévolu à Maxime Solera, fut applaudi à son entrée en piste pour sa présentation. Le français le salua par de vibrantes veroniques avant de l'amener intelligemment par fuera jusqu'au milieu de piste. Le lancier se montra très maladroit par deux fois, rectifiant sa pique à de nombreuses reprises, s'attirant ainsi les protestations légitimes des tribunes. Après un brindis à Victor Mendes, le Veiga Teixeira perdit les mains lors des muletazos initiaux. Devant composer avec un exemplaire sans charge accusant ce tercio de varas calamiteux, Maxime Solera fit le boulot et lui extirpa tout ce qu'il put malgré deux avertissements. Toujours croisé, il fit preuve de détermination mais ne put donner de l'ampleur à son trasteo, faute de matière première. A la suerte suprême, ce novillo compliqua la tâche du fosséen, restant de marbre lors des entrées à matar, sans bouger ni baisser la tête. Mort en quatre envois. Silence.

Cristobal Reyes réceptionna son Veiga Teixeira par un farol de rodillas avant que le bicho ne subisse une vuelta de campana lors des capotazos suivants. L' utrero prit deux rations de fer rectifiées, qui n'arrangea pas la condition physique de cet animal limité en force. Le natif de Jerez se chargea lui même de planter les banderilles. A la muleta, le novillo se montra vite arrêté. L'andalou fit preuve de volonté, arrachant quelques muletazos méritoires mais se retrouva sans possibilité de briller. Mort par épée basse au troisième assaut. Silence.

Le quatrième, de morphologie imposante, fut réceptionné par des veroniques vibrantes qui firent résonner les travées. Au tercio de varas, le VeigaTeixeira prit deux piques en brave, l'initiale supérieure de qualité. Le piquero logea parfaitement la puya sur la première rencontre avant de planter le palo plus en arrière sur le second contact. Après des doblones ajustés et soignés en ouverture de faena, Abel Robles imprima une tanda droitière de bon goût déclenchant la musique. Profitant des charges intéressantes de cet exemplaire sur tribord, le catalan réalisa un labeur plaisant et bien construit qui trouva écho dans les tribunes. Sur la pendante, l'astado montra moins de qualité. Final par redondo gaucher et passes ressenties. Alors qu'une oreille semblait lui tendre les bras, une mort sans engagement en quatre temps lui ôta tout espoir de récompense. Silence et applaudissements à l'arrastre.

Le cinquième, également sérieux, se montra compliqué dans le capoteo de salida de Maxime Solera. Face à la cavalerie, le Veiga Teixeira se révéla violent, sortant seul du caparaçon lors de trois rencontres. Le français débuta l'ultime tercio par des doblones autoritaires. Face à un astado à demi charge sans grande transmission, le protégé d'Enrique Guillen tenta de construire une faena sur les deux bords mais l'ensemble ne monta jamais en relief. Mort par lame trasera. Silence.

Cristobal Reyes salua le dernier de cette feria par un capoteo enthousiaste, à base de veroniques, chicuelina et revolera. Ce magnifique exemplaire fut piqué en carioca sur une première rencontre corsée avant une dernière plus légère. L'espagnol banderilla son adversaire, récoltant à l'issue une chaleureuse ovation. Au dernier tercio, l'andalou put profiter des charges intéressantes de cet astado pour imprimer un ensemble plaisant sur chaque corne, le tout en musique. Il perdit certainement un trophée en tuant par une lame arrière et dans le flanc droit suivie d'un grand coup de verdugo. Silence.


Arènes de Boujan sur Libron (34)
Dimanche 30 juin 2019 , à 19h.
6 Novillos de Veiga Teixiera (Portugal) , bien présentés.
Durée : 2h37
Beau temps
3/4 de plaza


A.Robles : Silence après avis / Silence après avis
M.Solera : Silence / Silence après avis
C.Reyes : Silence / Silence après avis


Le prix au meilleur torero fut décerné à Cristobal Reyes.
Abel Robles se présentait dans la plaza de Boujan.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico