Céret (14/07/2019 - matinale) : Maxime Solera, torero de Céret...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
Céret s'est trouvé ce matin un nouvel emblême en la personne du novillero Maxime Solera. Un guerrier, conscient de l'importance de la Plaza dans laquelle il se produit et pour preuve, il a réédité au terme de sa première prestation, l'estocade sans muleta qu'il avait déjà tentée en Arles, plaza de première catégorie...

avec une belle réception de gymnaste en plus, pour que l'image soit cette fois-ci parfaite. Il faut dire que pour en arriver là, il s'était pris un premier titulaire de Monteviejo en pleine figure et, pour cause de corne cassée, un sobrero d'Urcola l'avait envoyé au sol sur les fesses, toujours a porta gayola. C'est ce remplaçant arrivé du campo hier seulement, qui se révèlera le meilleur d'un lot de novillos spectaculaire de présentation, bien dans le type de la maison Monteviejo, mais exigeants en général pour les toreros.

Le premier de Juan Carlos Carballo, prendra trois 3 piques, la première en mettant les reins, les deux autres plus anodines. La faena sera prudente, quasi exclusivement composée de naturelles aidées, face à un astado qui se retournait sur les chevilles, le pitón droit se révélant quant à lui très incommode. Final en trois assauts. Silence après avis.

Le deuxième pour Aquilino Girón, affrontera à trois reprises le groupe équestre, la 1ère et la 3ème pique résultant en arrière. Ayant pris un coup de plat de corne lors de la passe par le haut initiale, Aquilino Girón ne fut jamais en mesure d'approcher un novillo orienté qui finit par l'accrocher spectaculairement mais sans conséquence corporelle apparente. Estoconazo en première intention. Saluts.

Maxime Solera reçut une forte cogida à la sortie du troisième qu'il attendait à porta gayola, l'astado se brisant le piton droit à la base sur son élan contre le burladero. Ce titulaire sera changé pour un sobrero d'Urcola qui prendra trois piques en s'élançant de loin à la troisième. Lors de la faena, l'Urcola se révélera noble mais sérieux de comportement. Le fosséen lui servira un trasteo classique, l'attirant de loin en début, puis raccourcissant les distances sous les premiers accords de musique de la feria. L'estocade sans muleta avec salto et réception parfaite résultera malheureusement longue d'effet, nécessitant l'usage du descabello à deux reprises, ce qui n'empêchera pas le public de demander avec force et d'obtenir les deux oreilles.

Le second de Juan Carlos Carballo, prit trois piques sans s'employer. Ce novillo noble, manquant d'un peu de fond, reçut un trasteo propre mais manquant d'émotion, après celle soulevée au toro précédent par Maxime Solera. Mort en deux temps. Saluts après avis.

Aquilino Girón amena le cinquième Monteviejo pour quatre rencontres avec le picador, lors desquelles il se montra bravito sous le fer. La faena ne débuta réellement jamais, le novillero doutant dès l'entame un astado demandant les papiers, qui finit par lui infliger une sérieuse voltereta de laquelle il sortit chiffonné. Silence.

L'ultime pour Maxime Solera prendra deux piques en s'employant sur la première. Au troisième tiers, le provençal se montra ferme face à un astado exigeant, qu'il coucha d'une entière a recibir suivie de deux descabellos. Vuelta après avis.

 

Arènes de Céret
Dimanche 14 juillet 2019- matinale
Céret de Toros 2019
2ème de feria
Entrée : trois quarts d'arène.
Durée de la course : 2 heures 45
Novillos de Monteviejo et un d'Urcola en 3ème bis pour :

Juan Carlos Carballo, silence après avis et saluts après avis
Aquilino Girón, saluts et silence
Maxime Solera, deux oreilles et vuelta al ruedo après avis


Laurent Deloye Eltico

Voir le reportage photographique : ElTico