• 1

Plaisance (14/07/2019) : Une belle journée taurine...

©Nicolas CouffignalPetite arène mais étape importante dans la temporada du Sud-Ouest, Plaisance organisait ce Dimanche, sa 18ème novillada non piquée. Comme souvent, l’affiche montée par la Peña « Vivement Cinq Heures » était des plus intéressantes. Petit changement de dernière minute, pour des raisons administratives le colombien Leandro Gutteriez était remplacé par Miguel Polope le vainqueur de la Fragua 2019.

L’après-midi a été très entretenue grâce à la qualité du bétail des deux fers de Jean Louis Darré (Camino de Santiago et Astarac) et grâce de jeunes novilleros expérimentés et motivés.
Très bien présentés, en particulier les trois Camino avec du trapio et des belles armures, les erales ont offert aux toreros des opportunités qu’ils ont su saisir. Dommage que les trois novilleros aient connu des défaillances avec les aciers limitant le bilan artistique de la novillada à deux fois une oreille, une vuelta et un salut.


Le premier est un Astarac dans le type de l’encaste. Il est reçu par Christian Parejo avec une bonne série de véroniques terminée par une demie. Quite de Polope avec un spectaculaire accrochage, quite auquel répond Parejo par des chicuelinas serrées. Le novillo, comme souvent les produits de cette encaste, tombe quand le torero l’oblige par le bas. A mi hauteur, il a une charge courte et se retourne vite. Christian débute par deux bonnes séries de derechazos. A gauche, le bicho est plus compliqué et prend violemment le novillero à la sortie d’une naturelle. Le toro devient de plus en plus difficile et malgré le courage du torero, la faena va à menos avec toutefois un excellent pecho en guise de conclusion. Salut après un pinchazo et une entière basse.
Le second est un très joli Camino de Santiago, abanto qui finit par bien mettre la tête dans la cape de Miguel Polope. L’eral met en difficulté Solalito lors d’un quite avant d’être bien banderillé par Mathieu Guillon. A la muleta, il est noble et le novillero saura dans sa faena exploiter ses qualités. Deux bonnes séries à droite, avec un toro qui vient de loin, le toro va à mas et les séries suivantes allient émotion et qualité artistique. Comme à Eauze, Polope montre qu’il a une bonne base technique et un vrai sens artistique. A gauche, le bicho se défend et finit par aller à menos, le torero termine sa faena à droite par des redondos. Tout est en place pour couper une oreille, malheureusement la mise à mort est laborieuse, silence pour le torero.
Le troisième est un Camino, le plus léger du lot mais le plus armé. Belle réception, comme à son habitude, à la cape par Solalito, avant un quite élégant de Parejo et un tercio de banderilles posées par le nîmois dont on ne retiendra que la première paire. Le novillo est noble, un peu juste de forces. Solal le toréé par le haut et enchaîne de bonnes séries à droite puis à gauche. Le toro est limite soso, le novillero est très pro et appliquée. La lidia est adaptée mais l’ensemble manque de transmission à l’exception des bernadinas finales qui portent sur le public. Contrairement à ses compagnons de cartel, Solal tue bien et coupe la première oreille de la tarde.
Le quatrième est un Camino de Santiago applaudi à son entrée en piste. Le toro est abanto et difficile à fixer. Parejo le brinde à Henry Michel, l’un des deux co-présidents de la Peña organisatrice. Le bicho est noble mais un peu court de charge. Le novillero a du mal à trouver le sitio en début de faena, il se fait accrocher à la seconde série. Christian s’applique mais ne pèse pas assez sur le toro. La faena est intéressante mais le novillo semblait permettre un peu plus. Joli final par le haut avant un quasi entier efficace et le torero de Chiclana coupe une oreille.
Le cinquième est un Astarac, costaud mais gacho. Il donne des signes de faiblesse à sa sortie en piste. Au début de faena, il est tardo mais répète bien. Polope l’entreprend par le haut, le torero trouve la distance et la manière de conduire la charge qui convient à un novillo d’origine Guardiola. Noble et avec de la caste, le toro va à mas et permet à Polope d’enchaîner des séries à droite en pesant sur le toro et avec de la profondeur et de la classe. Au milieu des derechazos, une série à gauche de belle facture, la plus belle de l’après-midi qui précède une série à droite liée sans perdre un pouce de terrain et des luquesinas. Tout est prêt pour une sortie à hombros, malheureusement le torero faillit avec les aciers et doit se contenter d’une vuelta applaudie. Vuelta précédée de celle du novillo, arrachée au président qui est très applaudie et qui redonne le sourire à un ganadero à qui la qualité du lot de Plaisance a remonté le moral après sa déception d’Eauze.
Le dernier est un beau gaillard d’origine Guardiola. Après un tercio de banderilles, dont ressort une très bonne troisième paire « al quiebro ». Le novillo est tardo et distrait. Sur les cinq premières séries, il se défend. Solalito s’applique et finit par tirer du bicho, une bonne série de derechazos qui concluent une faena intéressante mais qui manque de transmission. La mise à mort est laborieuse et prive le nîmois d’un second trophée synonyme de Puerta Grande.


Ainsi se termine une intéressante novillada avec du bétail de qualité et des toreros appliqués et d’un très bon niveau technique. Le public est sorti content de cette journée taurine commencée par une tienta avec Marc Serrano et Thomas Cerqueira, piquero Laurent Langlois. Le public et aussi le ganadero qui peut être satisfait du comportement de ses erales.
On retrouvera en Septembre une e combinaison de trois Camino et trois Astarac à Maubourguet, les novilleros restant à désigner.


Fiche technique :
Arènes de Plaisance, novillada non piquée des fêtes 2019
Trois erales du Camino de Santiago (2nd, 3ème et 4ème) et trois de L’Astarac bien présentés et donnant du jeu, le plus complet a été le cinquième qui a été primé de la vuelta al ruedo,
avec un accessit au second pour :

Christian Parejo : salut, un avis et une oreille
Miguel Polope : un avis et silence, un avis et vuelta
Solalito : une oreille, deux avis et silence

Président : Jacques Grué
Demi-arène
Météo douce et agréable

Thierry Reboul

 

Photos : ©Nicolas ouffignal

 

P