• 1

Mont de Marsan (17/07/2019) : une oreille de poids pour Daniel Luque...

©Matthieu Saubion
©Matthieu Saubion
Un an que nous attendions Madeleine et elle est enfin arrivée . Les fêtes de Mont de Marsan ont commencé ce mercredi. Attendue après les deux bonnes courses de 2017 et 2018, la corrida de La Quinta a contredit le proverbe « Jamais deux sans trois ». Joliment présentés , dans l'ensemble nobles les toros ont, à l'exception du dernier, manqué de forces et de chispa.

Aucun ne transmettait d'émotion et il a fallu la classe et la toreria de Luque au quatrième pour que le torero de Gerena tire une très belle faena d'un toro qui avançait au pas.


Le premier, comme les suivants bien armés et dans le type de l'encaste, n'humilie pas à la cape. Il prend deux piques poussant un peu plus à la seconde. A la muleta, il a une charge courte, ne baisse pas la tête et derrote en fin de passe. Luque essaie de le régler, l'amène au deux tiers de la piste. A droite, le toro est compliqué et à gauche, il ne passe pas très bien. Luque ne prolonge pas la faena et conclue d'une quasi entière tombée et habile.

Le second humilie et permet à De Justo de briller au capote à la réception puis entre les deux piques avec un superbe quite par chicuelinas. Le toro est faible et prend deux puyazos légers . Comme les autres toros, il pousse, met les reins mais manque de forces et ne bouge pas le cheval. Après un bon quite de Dufau, De Justo brinde au public. Le toro est noble. Soso, il charge au pas. Après une bonne série à droite, Emilio essaie de toréer sur la corne gauche. Mais le toro est court de charge sur ce piton. Retour à droite pour des séries appliquées mais qui manquent de transmission, le toro allant à menos. Dernière tentative à gauche pour des naturelles de face avant de conclure par un pinchazo et une entière basse, le torero salue au tiers.

Le troisième,comme le premier ne baisse pas la tête dans le capote de Thomas Dufau. Il prend une pique longue en poussant et deux picotazos. Manolo de Los Reyes salue après une très belle paire de banderilles. Le torero landais double son toro, trouve la bonne distance et enchaîne une bonne série à droite. Le toro est noble mais manque de longueur de charge. Il charge sans conviction et c'est au torero de faire tout le travail. Le torero, sous la pression du public , fait arrêter la musique . La faena est appliquée mais est fade par la faute du La Quinta. Silence après deux demi-épées et trois descabellos.

Le quatrième est le plus léger du lot. Il met la tête dans le capote. Luque profite de sa noblesse pour lier une très belle série de capotazos. Le toro prend deux piques en poussant mollement. Mollesse dont il ne se départira pas jusqu'à la fin de la faena. Le La Quinta est tout de même noble. Luque le toréé avec beaucoup de douceur et parfois de temple. Il l'emmène au centre de la piste enchaînant les trincheras. Il enchaîne trois séries, deux à droite et une à gauche, mêlant passes fondamentales et adorños. Luque toréé avec beaucoup d'élégance, de temple et de relâchement. La faena est superbe , dommage que le toro soit si mollasson. Final tout en finesse par luquecinas avant une quasi entière un peu en avant, Luque a confirmé qu'il était dans un très bon moment et coupe la première oreille de cette Madeleine 2019.

Le cinquième aura un comportement semblable à celui du précédent. Il est juste de forces et prend deux piques en mettant les reins. Morenito d'Arles salue après une bonne paire de banderilles. De Justo commence sa faena au centre de la piste.Il toréé à mi hauteur un toro noble mais qui manque de dynamisme. Emilio a besoin d'un adversaire qui a du peps pour mettre en évidence sa tauromachie. Sa faena à ce cinquième La Quinta , appliquée au début, va à menos. Le torero est décentré , enchaîne des passes mais l'ensemble ne transmet pas grand chose. En fin de faena, De Justo s'essaie à une tauromachie plus trémendiste, toréant même à genoux ne convainquant qu'une partie du public. Le torero de Cacérès salue après un pinchazo et une entière portée avec engagement.

Le dernier est plus bas et plus gordito que les précédents. Il sera celui qui fera preuve de la plus grande mobilité au troisième tiers. Il met les reins à la première rencontre et prend ensuite un picotazo. A la muleta, il vient de loin et avec plus d'énergie que les cinq précédents. Il est lui aussi noble et semble offrir au torero des possibilités sur les deux cornes. Thomas Dufau se laisse déborder, jusqu'à une voltereta très spectaculaire. Il recule à chaque passe, perd du terrain et n'arrive pas à s'imposer. La faena est brouillonne et se termine par une estocade basse, silence pour le torero.

Fiche technique : Arènes de Mont de Marsan, première corrida des Fêtes de la Madeleine
Six toros de La Quinta, bien présentés , dans le type de l'encaste, nobles mais manquant de « dynamisme » pour :

Daniel Luque : silence, un avis et une oreille
Emilio de Justo : salut, un avis et salut
Thomas Dufau : silence, un avis et silence

salut des banderilleros au troisième (Manolo de Los Reyes),quatrième (Raul Caricol)
et cinquième (Morenito d'Arles)
Président : Jacques Grué
Gradins remplis à 95%
Soleil et chaleur

Thierry Reboul