Châteaurenard (06/08/2019) : Triomphe de Roman Perez...

  • Imprimer

©Daniel Chicot
©Daniel Chicot
Ce jour, les arènes de Châteaurenard proposaient leur traditionnelle corrida. Au programme, six toros de la Quinta pour Stéphane Fernandez Meca, qui remplaçait Enrique Ponce blessé de longue date, Javier Conde et Roman Perez.

Stéphane Fernandez Meca se mit de suite en évidence en saluant son premier adversaire par des veroniques poderosas, rematées par une media a camara lenta. Face au groupe équestre, le Quinta prit deux piques, poussant partiellement la monture. Mehdi Savalli et Miguelito saluèrent après un tercio de banderilles brillant. Profitant des charges louables de cet astado, le Nîmois ne mit pas longtemps à trouver le bon sitio sur la droite, enchaînant les séries avec liant et maîtrise. Sur la gauche, le français mit une série à trouver la bonne distance mais c'est bien sur cette main qu'il délivrera les meilleurs séquences de son trasteo, à base de naturelles pures et templées. Mort par lame entière traserita au second essai, suivie d'un coup de canon au descabello. Applaudissements.

Le second de la tarde fut reçu par de magnifiques veroniques signées Javier Conde. Au tercio de varas, le bicho fit preuve d'une belle bravoure sur une première rencontre, avant une ultime plus anodine. Brindis à Christian Rossi. Au dernier tercio, l'animal se montra doux mais sans transmission avant de baisser complètement de pied en fin de combat. L'espagnol servit un labeur profilé qui eut du mal à toucher les tendidos. Il essaya tout de même de réveiller l'assistance en signant quelques postures venues du fond de l'andalousie, sans grand succès. A son crédit, quelques naturelles isolées de bon goût, les derechazos étant quant à eux donnés sur le périphérique. Mort exécrable en trois temps. Silence.

Le troisième, dévolu à Roman Perez, se montra distrait lors de la réception capotera avant de recevoir deux puyazos propres et sans histoire. Apres un brindis à Juan Bautista, présent dans les tribunes, Roman Perez trouva de suite le placement idoine afin de tirer le maximum d'un astado aux belles embestidas mais aux sorties de muletazos distraites. Relâché et sûr de son toreo, le français édita une faena plaisante et rythmée, qui trouva un bel écho sur les gradins. Deux oreilles après entière. Vuelta posthume généreuse au toro.

Le quatrième joua des pitons dans les capotazos de réception de Stéphane Fernandez Meca. Le nimois s'appliqua à faire briller son adversaire au tercio de piques. Il lui fit administrer, par un Gabin Rehabi précis, quatre rencontres dont la dernière a regaton donnée sous les airs musicaux. Salut de la cuadrilla complète à l'issue d'un second tercio parfaitement exécuté. Brindis à Renaud Ripart, footballeur du Nîmes Olympique. Après deux séries droitières intéressantes qui déclenchèrent Chicuelo, le toro baissa clairement de ton. Stéphane Fernandez Meca, très volontaire, lui arracha tout ce qu'il put sans parvenir à inverser la tendance faute de matière première. Mort par vilaine lame au troisième assaut. Vuelta en compagnie de sa cuadrilla au complet.

Le cinquième, pour Javier Conde, fut mal piqué sur une unique rencontre rectifiée et pompée. Face à un animal maniable, sans excès de force, Javier Conde servit une prestation légère d'engagement, distillant plusieurs muletazos dans son style si particulier sans toutefois parvenir à faire décoller son combat. Mort par épée en arrière d'effet rapide. Légère pétition amicale non concédée par le palco. Silence.

Roman Perez lidia par fuera le dernier de la tarde avant que son piquero ne lui administre deux fortes puyas, peu appréciées du public. Devant un exemplaire mobile agrémenté d'une pointe de violence, le français réalisa une faena plaisante, majoritairement droitière, ponctuée par un coup de descabello après entière traserita. Oreille et vuelta en compagnie du mayoral.


Arènes de Chateaurenard (13)
Mardi 6 août à 18h
6 Toros de La Quinta (Cordoue)
Poids : 510 , 510 , 501 , 480 , 481 , 590.
Durée : 2h40
Beau temps
1/2 plaza


Stéphane Fernandez Meca : Applaudissements / Vuelta
Javier Conde : Silence après avis / Silence
Roman Perez : Deux oreilles / Oreille

Alexandre Guglielmet

Voir le reportage photographique : Daniel Chicot