• 1

Bayonne (14/08/2019 - matinale) : Les toros du Sud-Ouest à l’honneur...

©Philippe Latour
©Philippe Latour

Comme Dax, Bayonne organise plusieurs non piquées durant sa temporada, mettant en jeu un trophée pour récompenser le meilleur novillero. Les organisateurs basques font appel aux ganaderos du Sud-Ouest.

Pour la première manche des éliminatoires, le bétail était fourni par les ganaderias Casanueva et La Espera. Très bien présentés pour ce type de course, les erales des deux élevages landais ont eu des comportements très intéressants. Les deux derniers, un de chaque fer, très nobles ont été honorés d’une vuelta al ruedo. Côté toreros, c’est le provençal Tristan Espigue qui s’est qualifié pour la finale qui se déroulera le samedi matin de la Féria de l’Atlantique.

Le premier eral, La Espera, met bien la tête dans le capote de Jesus Moreno mais est juste de forces. A la muleta, en début de faena, s’il est toréé en bas, il fléchit et s’il est toréé à mi hauteur, il envoie un coup de tête à la fin de la passe. Le toro est noble, Moreno le toréé à mi hauteur et enchaîne des séries des deux mains appliquées mais qui manquent de personnalité. Dommage car le bicho, va à mas, tient mieux et humilie plus facilement. Le torero continue une faena stéréotypée qu’il prolonge trop. Il a du mal à fixer le novillo et tue très mal. Applaudissements pour le toro et silence pour le torero.

Le second est un joli colorado de Casanueva d’origine El Torreon. Le toro est un manso con casta Tardo ; Il prend spectaculairement Christian Parejo entre deux séries de passes de cape. Le chiclanero se rattrape avec une bonne série de chicuelinas. A la muleta, Christian va être très vite débordé par la caste du novillo qui ne pardonne aucune faute. Plusieurs accrochages émaillent une faena vaillante mais décousue. Le Casanueva a pris le dessus sur le torero qui prend plus de coups qu’il ne peut en rendre. Mise à mort passable, le torero salue. Le novillo est applaudi. Il y avait chez ce toro un mélange de caste et de genio (accuenté en grande partie par les erreurs du novillero) qui le rend compliqué pour le torero et intéressant pour l’aficionado. Il est fort probable qu’avec un an de plus, il aurait été très difficile à toréer.

Le troisième est lui aussi un Casanueva d’origine El Torreon. Il est accueilli de rodillas par Tristan. Du tercio de banderilles à charge du torero, on retiendra l’excellent quiebro lors de la troisième pose. Le novillo est très noble. Il charge, répète et ira à mas tout au long de la faena. Tristan commence à le toréer à mi hauteur et le bicho, s’améliorant, il finit par baisser la main et même finir la faena à genoux. A droite le novillo avale le leurre. A gauche, d’abord soso, il se livre avec plus d’alegria en fin de faena. Un pinchazo hondo, précède une entière en avant efficace. Mouchoir bleu pour le novillo (avec toujours le bémol de l’absence du tercio de piques pour juger les qualités du toro), oreille et vuelta partagée avec Guillaume Bats, le ganadero.

Le quatrième, La Espera, fait montre, d’entrée de jeu, noble et il répète dans le capote puis la muleta d’Antonio Magnaña qui le brinde à Olivier Barratchart après un bon tercio cde banderilles. L’eral est un monstre de noblesse et le torero une machine à faire des passes de façon mécanique et trop rapide. Il enchaîne des séries de passes qui prennent du relief parce que le novillo est excellent mais qui manque de domination ou de sens artistique. Dommage, les qualités du bicho ne sont pas assez exploitées. Le mexicain coupe quand même une oreille après une entière en place efficace. Vuelta pour le novillo, le novillero invite le ganadero Jean François Majesté à l’accompagner dans la sienne.

 

Fiche technique :
Arènes de Bayonne, 1er éliminatoire du concours de novilladas non piquées
Deux erales de La Espera (1er et 4ème) et Casanueva (2ème et 3ème ) bien présentés, nobles et donnant du jeu pour :

Jesus Moreno :un avis et silence
Christian Parejo : salut
Tristan : une oreille
Antonio Magnaña : une oreille

Vuelta al ruedo pour le 3ème (Casanueva) et le 4ème (La Espera)
Un quart d’arène
Grand beau temps
Prix :
à la meilleure estocade : Antonio Magnaña
à la meilleure lidia : Tristan
du courage : Parejo
de la meilleure faena : Tristan
Est qualifié pour la finale : Tristan

Thierry Reboul

Voir le reportage photograhique : Philippe Latour