• 1

Beaucaire (26/07/2020) : L'Oreille d'Or pour Francisco Montero ; "Comadroso" grand novillo de Dolores Aguirre...

©Daniel Chicot
©Daniel Chicot
Ce dimanche 26 juillet, l'Aficion Taurine Beaucairoise organisait la première novillada en France, post confinement. Après une annulation en premier lieu due à l'incertitude planant sur l'évolution de la pandémie, la mairie a finalement donné son feu vert début juillet.

Malgré des délais d'organisation très courts et des restrictions sur le taux de remplissage des arènes, malgré l'absence des rentrées d'argent de la bodega, l'ATB n'a pas reculé et a mis la jambe afin d'organiser cette novillada.
Fidèle aux engagements pris avant le confinement, le cartel resta celui initialement annoncé début avril. Trois novillos du Conde de la Corte, qui fête cette année le centenaire de la ganaderia ainsi que trois pensionnaires de Dolores Aguirre pour José Cabrera, Francisco Montero et José Antonio Valencia.
Outre l'aspect technique et artistique de cette tarde, décripté plus bas, l'on peut se réjouir de la réponse positive des aficionados qui ont garni en nombre les étagères de la cité gardoise.
Pari gagné pour l'ATB.

José Cabrera montra sa détermination en accueillant son Conde de la Corte par porta gayola avant de le lidier intelligemment par fuera. L'utrero mit les reins sur une première pique rectifiée avant une seconde sans grande consistance. L'espagnol se chargea lui même du tercio de banderilles qui alla à menos, avant de brinder son combat aux étagères. Face à un adversaire violent, à demi charge et pas toujours franc dans ses intentions, le natif d'Almeria fit l'effort sur les deux bords, sans pour autant parvenir à faire monter la température, faute d'un bicho s'arrêtant au fil des minutes. Trois quart de lame pour clôturer ce labeur avant l'usage du verdugo à trois reprises. Silence après avis.

Francisco Montero salua son Conde de la Corte par une larga de rodillas avant de trouver echo sur les gradins lors d'un capoteo templé et enjoué. Au cours du premier tercio, le cornu afficha un côté manso en piste, même si dans le peto il ne démerita pas. Brindis vers le ciel. Au début du dernier tiers, le côté fuyard s'estompa le temps de deux séries, laissant l'ibère servir deux tandas plaisantes qui impactèrent le public. Hélas, la joie fut de courte durée, le Conde de la Corte se montra par la suite plus réservé. Déterminé, le torero de Chiclana lui arracha tout ce qu'il put dont des derechazos de bonne facture. Final par molinettes populaires et desplante avant de loger une entière jusqu'à la garde. Oreille.

Le troisième du Conde de la Corte se révéla rapidement arrêté dans les capotazos initiaux de José Antonio Valencia. Face au lancier, ce novillo très agressif de port de tête s'endormit sous le fer lors de deux rencontres anodines. Dans la muleta du Vénezuelien, l'utrero sans race, se montra limité en condition physique et en longueur de charge. Très volontaire et appliqué, Valencia tenta de construire une faena mais le peu de qualité du Conde de la Corte lui ôta rapidement tout espoir de briller. Seul l'ultime série par derechazos lui permit de trouver raisonnance dans le conclave. Mort en deux assauts. Silence.

Le quatrième, appartenant à Dolores Aguirre, se fit applaudir à son entrée en piste. Le bicho se montra brave sous le fer en deux rencontres. Cabrera écouta une ovation après avoir posé les banderilles. Muleta en main, l'andalou doubla son opposant par le bas avec fermeté et efficacité. Mais la suite ne fut pas du même acabit. Face à un novillo posant son lot de complications, Cabrera, doutant et totalement dépassé, ne fut jamais en mesure de prendre l'ascendant sur ce Dolores qui méritait nettement mieux. Pinchazos à répétition et sans aucun engagement de la part du piéton qui se fit bloquer contre les planches après une tentative de mort à l'aube du second avis, sans conséquence physique visible. A quelques secondes du troisième avis, il parvint à mettre une entière salvatrice. Ovation à l'arrastre. Silence après deux avis.

Francisco Montero ira accueillir avec succès son Dolores Aguirre par une porta gayola enchaînée par quatre veroniques vibrantes, le tout réalisé avec son capote de paseo, faisant ainsi lever les tendidos. Face au groupe équestre, le novillo fit vivre au public un grand moment, lors de trois rencontres prises à distance croissante. L'animal fit chuter avec force la cavalerie sur la pique initiale, poussa avec détermination la monture jusqu'aux planches lors de la seconde. Seule la troisième puya fut brève, le Dolores sortant seul du peto. Ovation soutenue de raccompagnement au piquero, entraînant le salut de ce dernier après un quite inventif et osé de Montero à une main. Devant cet adversaire encasté, qui ne permettait pas l'erreur, l'espagnol édita une faena ambidextre plaisante et enthousiaste mais manquant parfois de fil conducteur. Le bagage technique encore limité de Montero se fit sentir pour exploiter davantage les qualités de cet important exemplaire. Bernardinas engagées en guise de conclusion d'un trasteo supérieur sur la gauche, avant de tuer en quatre temps, qui lui coûta certainement un trophée. Vuelta posthume légitime au novillo et tour de piste au torero.

Le dernier de la tarde mit le frein à main dans la réception capotera de Valencia avant de se montrer manso con casta lors d'un tercio de piques réalisé brillamment par Jean Loup Aillet. Au troisième tiers, le Dolores alla vite chercher refuge aux planches, empêchant toute construction de faena. Mort en deux temps. Silence.

Arènes de Beaucaire (30)
Dimanche 26 juillet, 18h.
Desafío Conde de la Corte / Dolores Aguirre
Soleil de plomb
Durée : 2h50
Belle entrée

J.Cabrera: Silence après avis / Silence après deux avis
F.Montero: Oreille / Vuelta
J.A.Valencia: Silence / Silence

Prix au meilleur Novillero : Francisco Montero
Prix au meilleur Banderillero : Non décerné
Prix partagé au meilleur Picador : Adrian Navarrete (piqué le 5ème) / Jean Loup Aillet (piqué le 6ème)
Prix au meilleur Novillo : "Comadroso" de Dolores Aguirre


Alexandre Guglielmet

Voir le reportage photographique : Daniel Chicot