• 1

Arles (12/09/2020) : Adrien Salenc triomphe ; "Afortunado" de Santiago Domecq, meilleur toro et Carlos Pérez Hernández, meilleur picador...

©ElTico
©ElTico
La première corrida de cette Feria du Riz 2020 a eu lieu, malgré le département des Bouches-du-Rhône placé en zone rouge "Covid" ; malgré les annonces alarmistes du Conseil Scientifique ces derniers jours ; malgré les appels à la responsabilité indiviuelle paternalistes du Premier Ministre ce vendredi... Et certains donnent encore l'impression de ne pas comprendre...

Ceux qui se sont faits rappeler à l'ordre avec une annonce au micro après le troisième toro leur rappelant que le masque devait être porté dans l'amphithéâtre et qui, malgré tout, ne l'ont pas mis... Ils n'ont pas compris qu'outre le fait de se mettre en danger, et leurs voisins de la même manière, ils manquent de respect envers toutes les personnes qui, depuis des mois, se mobilisent, négocient, vont de concessions en concessions pour qu'aujourd'hui, ils puissent venir profiter d'un des rares spectacles taurins que la temporada 2020 leur offrira, en hypothéquant qui plus est notre futur qui s'annonce placé sous le signe du "vivre avec...".
Mais il y avait des toros aujourd'hui en Arles. Et c'est là bien entendu le plus important. Et des toros intéressants, en plus. Et puis un français a triomphé. Adrien Salenc, natif de Nîmes, a conquis son autre arène de coeur, puisque ses parents vivent à Arles. Et avec la manière qui plus est, réveillant le conclave avec le très bon "Afortunado" de Santiago Domecq, après que Paco Ureña soit tombé sur un os avec "Salalimpia" de Jandilla, bien loin en qualité de son camarade de cercado "Ingenioso", de septembre dernier... C'était il y a finalement peu, mais dans un monde si différent... Parachevant son triomphe avec "Rebueno", de Pages-Mailhan, auquel il a arraché de haute lutte le deuxième trophée synonyme d'une "sortie a hombros" dont la crise sanitaire l'a privé...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

"Jilguero" de Victoriano del Rio fut salué gracieusement par El Juli, à base de veroniques très lentes. Au tiers de piques, cet exemplaire s'élança par trois fois à distance croissante dont une dernière saluée par la foule mais sans mettre les reins contre le peto. Quant au piquero, il se montra imprécis, châtiant systématiquement à l'arrière. Face à un animal noblote, le madrilène prit en premier lieu la rive droite pour tracer deux séries de correcte facture. La tanda d'après fit logiquement déclencher la musique, l'espagnol dessinant plusieurs naturelles templées à souhait. Hélas, les échanges suivants ne furent pas de la même intensité, faute à un Victoriano ne tenant pas la distance. Mort par Julipié et coup de verdugo. Ovation avec Salut.

"Salalimpia" de Jandilla se montra froid dans le capote de salida de Paco Ureña, réalisant quelques instants plus tard une vuelta de campana. Face au lancier, le Jandilla prit deux piques quelconques, teintées de violence avant une troisième plus intéressante. Brindis aux étagères. Face à un adversaire manquant de classe, Ureña profita d'un piton gauche légèrement supérieur pour imprimer plusieurs naturelles léchées et profondes mais les défauts récurrents du Jandilla empêcherent la faena de prendre son envol. Mort par trois quart de lame suffisant. Ovation avec salut après avis.

Adrien Salenc réceptionna "Afortunado" de Santiago Domecq par deux largas de rodillas avant un capoteo vibrant, faisant réagir les travées. Au tercio de varas, le toro vint par trois fois au cheval dont l'ultime rencontre, donnée avec une puya de tienta, en traversant la piste sur la longueur, sous les vivas populaires. Dans le caparaçon, l'astado fut économisé. Après avoir brindé à l'assistance, Salenc débuta par des passes aidées par le haut. Devant un toro noble, le nimois ne laissa pas l'occasion de briller. Sous les airs musicaux, Salenc édita une faena mâture et très bien construite. Trouvant le bon sitio et la bonne cadence, l'ancien pensionnaire de l'école taurine du Juli enchaîna les séries ambidextres avec temple et justesse technique, impactant ainsi sur les tribunes. Son trasteo culmina sur la zurda, traçant de magnifiques naturelles parfaitement cadencées. Oreille après une lame trasera.

"Despensero" de Garcigrande se montra distrait dans le capote de salida du Juli. Face à la cavalerie, l'astado mit les reins convenablement sur trois assauts mais sans style. Entame de faena du Juli par doblones avant de trouver sans attendre la bonne carburation à donner à ce toro noble mais aux conditions physiques limitées. Sans jamais trop baisser la main, en laissant le bicho se reprendre entre chaque série, l'espagnol put donner trois tandas agréables, faisant ainsi jouer la musique. Dominant parfaitement un sujet qui baissait de pied au fil des minutes, le madrilène montra douceur et intelligence pour extraire tout ce qu'il restait de ce Garcigrande. Clôture par julipié traditionnel d'effet long, délivrant un trophée du palco. Oreille.

"Barbita" d'Alcurrucen freina sèchement dans la première passe de cape de Paco Ureña, avant de se montrer violent sur les capotazos suivants. Face à la cavalerie, le toro confirma cette violence contre le peto à trois reprises et sortant seul à chaque rencontre. Au dernier tercio, cet Alcurrucen distrait se jeta avec brutalité dans l'étoffe du torero de Lorca. Faisant preuve d'oficio, Ureña ne recula pas d'un pouce et édita une prestation sérieuse avec des séquences pleines de pureté et de sincérité, notamment sur la rive gauche. Ce trasteo engagé, apprécié par le public à sa juste valeur, fut ponctué par naturelles de la main droite. Sur le premier assaut lors de la suerte suprême, Ureña se fit sauter à la gorge par ce bicho, sans dégâts corporels pour le piéton. La seconde tentative fut la bonne par entière rapide d'effet, déclenchant une pétition d'oreille, logiquement accordée par la présidence.

"Rebueno" de Pages-Mailhan fut applaudi à son entrée en piste. Adrien Salenc l'accueillit par une lidia intelligente par fuera, saluée par les tendidos. Au tercio de varas, le Pages-Mailhan se montra tardo mais bravito sous le fer de Nicolas Bertoli. Troisième pique donnée avec la puya de tienta. Brindis du diestro tricolore au jeune prodige espagnol Marco Pérez avant qu'il ne débute sa faena les deux genoux en terre. Devant composer avec un toro manquant d'allant et ayant tendance à se défendre, le français en tira le maximum, dans un labeur propre et technique. Lame arrière en guise de conclusion. Oreille protestée.

Arènes d'Arles (13).
Samedi 12 septembre 2020, à 17h.
Corrida Concours.
Toros de Victoriano Del Río, Jandilla, Santiago Domecq, Garcigrande, Alcurrucen, Pages-Mailhan.
Poids : 545, 515, 505, 510, 550, 530.
Beau temps.
Durée : 2h40

El Juli : Ovation avec Salut / Oreille.
Paco Ureña : Ovation avec Salut après avis / Oreille après avis.
Adrien Salenc : Oreille après avis / Oreille protestée.

Le prix du syndicat des rizicultureurs et affiliés, récompensant le meilleur toro, fut décerné à "Afortunado" de Santiago Domecq.
Le prix "Jacques Monnier" au meilleur picador a été attribué à Carlos Pérez Hernández pour sa prestation
Les trois toreros furent appelés à saluer à l'issue du paseo.
Salut de Gomez Escorial et Diego Valladar après le second tercio du sixième toro.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico