Riscle (31/07/2021) Pari tenu pour le Tendido Risclois...

  • Imprimer

Visuel Riscle 31072021Le Tendido Risclois avait fait le pari d’organiser une corrida en lieu et place de sa traditionnelle novillada. Pari pas simple à réussir en temps normal, on imagine combien cela devient compliqué quand la pandémie s’en mêle avec son cortège de contraintes et pass sanitaires.

Pour faire encore plus compliqué , la météo a décidé de mettre des bâtons dans les roues des organisateurs. La pluie incessante du matin a empêché les aficionados practicos nîmois de se produire. Elle s’est invitée par intermittence dans les heures précédant le paseo. En plus de pleuvoir, il faisait un froid de canard (normal dans le Gers), on avait l’impression d’être en Novembre à la novillada de Saint Sever. 15° est une température à rester au chaud à la maison, pas à venir d’assoir pendant trois heures sur des gradins d’arènes mouillés.
A toute chose malheur est bon, et contre toute attente, il y avait du monde devant les portes des arènes et les gradins se sont remplis. On ne devait pas être loin de l’objectif que s’étaient fixé les organisateurs.
Autre pari, celui de Jean Louis Darré, l’éleveur gersois, qui présentait ce samedi ,6 toros du Camino de Santiago issus d’une nouvelle rame d’origine Albarreal. Très bien présentés avec de superbes armures, parfois faibles, ils ont eu des comportements divers Il y a encore du travail de sélection pour certains défauts mais tous les toros offraient des options et pouvaient servir. Les plus intéressants ont été le quatrième très encasté et le noble sixième.
Face à eux trois toreros français qui se sont appliqués mais à qui Aimé Jacquet aurait demandé de muscler leur jeu

Le premier, bien présenté, est applaudi à son entrée en piste. Bonne réception à la cape par Andy Younès ; Le Camino, bien mis en suerte, prend un bon puyazo en poussant ; Quite élégant par chicuelinas du nîmois qui brinde au public. La faena débute par un enchaînement cambiadas, naturelle, pecho. Le toro est noble et répond bien au cite du torero. Il possède une bonne corne droite. A gauche c’est plus compliqué Andy enchaîne de bonnes séries à droite. Le jeune torero gagnerait à plus se croiser. L’ensemble est appliqué mais manque de transmission. Le final sur un terrain plus réduit est plus brouillon. Un tiers de lame s’avère suffisant. Le public réclame et obtient ce qui sera la première et la seule oreille de la tarde.

Le second, est très bien présenté. El Adoureño, qui relève d’une grave blessure, est discret au capote et, au premier tiers laisse la lidia à ses peones. Le Camino, plutôt suelto, prend, en poussant, une première pique en place et forte La seconde est plus anecdotique. Le toro est noblote et un peu juste de forces. Le torero lui sert des passes sur le voyage, sans fil conducteur, et sans réellement peser sur lui. L’ensemble est fade et la mise à mort un peu longuette, silence pour le torero.

Tibo Garcia reçoit, par chicuelinas, le quatrième avec élégance et efficacité. Mal piqué, il prend un unique puyazo sans beaucoup pousser ; A la muleta, juste de forces, il suit le leurre avec un peu de noblesse. Dès le début de la faena il quitte la passe pour aller vers les planches. Tibo Garcia, qui a toujours de mal à sourire et à connecter avec le public renonce trop vite. Il ne cherche pas à imposer au toro de sortir de sa querencia ou à le faire passer en le toréant dans ce terrain. Un pinchazo hondo et un descabello conclut un ensemble terne malgré quelques jolis gestes, silence.

Le quatrième est une estampe de toro avec une superbe armure à la vicoise. Il prend un seul puyazo en poussant et renversant le groupe équestre. Aux banderilles, il bouscule spectaculairement Julien Breton. Le banderillero biterrois salue à l’issue d’un tercio à émotions. Le toro est encasté. Il est noble mais exige beaucoup du torero. Andy le toréé avec application et une certaine entrega. Son envie et son entrega porte sur le public. Il réduit les terrains et sur une faute de placement, le jeune français est pris spectaculairement, heureusement sans mal. Après cette cogida la faena va à menos et la mise à mort prive le torero de toute récompense ; Le public invite néanmoins Andy à saluer.

Le cinquième, mal mis en suerte, prend un seul puyazo trop long et trop fort ; Il gardera des séquelles de ce premier tercio. Faible et tardo, il a quand même un fond de noblesse que ne saura pas exploiter El Adoureño qui abrège après s’être fait désarmer à la quatrième série, Silence pour le torero qui se fera renvoyer dans ses 22m quand il tentera de venir saluer au tiers.

L e sixième et dernier est un joli toro negro, le seul du lot. Il prend un bon puyazo, bien dosé celui-là. Tibo Garcia le brinde au public ; Le toro est noble. Le jeune français enchaîne trois bonnes séries, les mieux structurées, construites et abouties de l’après-midi. Malheureusement Tibo est toujours aussi froid et n’arrive pas à connecter avec un public pressé d’aller se mettre au chaud et au sec. La faena va à menos et est mal conclue à l’épée. Le torero salue


Il est probable que les risclois reviennent l’an prochain à la novillada (il en manque cruellement pour que les novilleros, en piquée et en non piquée, puissent apprendre leur métier) mais l’expérience méritait d’être vécue.
Pour Jean Louis Darré, il y a encore du travail mais il y a des enseignements positifs à tirer de ce lot et des vaches que nous avons vu en tient lors de la journée de présentation de cette corrida.

Fiche technique
Arènes de Riscle, Samedi 31 Juillet, corrida 100% française
6 toros du Camino de Santiago bien présentés, parfois justes de force et offrant des possibilités pour :


Andy Younès : une oreille, un avis et salut au tiers
El Adoureño : silence, silence (tentative de salut refusée par le public)
Tibo Garcia : silence, un avis et salut au tiers


Salut de Julien Breton après avoir banderillé le quatrième
Sept_ piques, une chute
Cavalerie Bonijol
Président. Hervé Galtier
Bonne entrée malgré la météo
Météo indigne d’un 31 Juillet

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour