• 1

Béziers (12/08/2021) : l'oreille pour Léa Vicens, les regrets pour El Rafi...

Visuel Beziers 12082021Comme depuis désormais quelques années, la Feria avait programmé dans son cycle une corrida mixte qui, en 2021, ouvrait les quatres jours de festivités dans la sous-préfecture biterroise. À l'affiche, derrière l'inévitable amazone française Léa Vicens, un duo de jeunes piétons hétéroclite composé de la figura consolidée Roca Rey, opposée à la valeur montante de notre toreo hexagonal, El Rafi.

Et sans douter des promesses entretenues lors de ses dernières sorties par le nîmois, on pouvait légitimement se demander si la barre n'avait pas été placée un peu trop haut...
L'histoire retiendra que les faenas de la tarde sont à mettre au crédit du français, qui a perdu un triomphe important aux aciers.

Léa Vicens toucha un premier Bohorquez noble et collaborateur, qui manquait néanmoins de force. La faena alla toutefois croissante d'intérêt, mais deux échecs aux aciers privèrent la nîmoise d'un possible trophée. Ovation.

Le premier Victoriano del Río prit deux piques sans histoire, mais ne donna durant le premier tiers que peu de gages de solidité avant que Rafi ne vienne au quite par chicuelinas, Roca Rey lui répondant par gaoneras. La faena de muleta ne prit jamais vraiment son envol du fait d'un toro arrêté dès les premiers échanges muleterils. Deux pinchazos avant entière suffisante d'effet. Silence.

El Rafi salua joliment, cape tenue mains basses le toro de Cortés sorti troisième, qui s'en alla au fer à deux reprises avec conviction avant un nouvel échange de quites entre les deux coqs. Débuté par cambiada au centre, le trasteo porta rapidement sur les tendidos, le toro répondant avec envie aux propositions d'un Rafi classique, ferme et déterminé. Lorsque son opposant baissa de ton, le nîmois parvint à maintenir l'intérêt de la faena en instillant une peu d'accent barroque dans son toreo. Malheureusement, plusieurs échecs à l'épée et au descabello le privèrent des oreilles qui lui semblaient promises. Ovation.

Manso de salida, le quatrième de Bohorquez ne consentit à quitter l'abri des planches qu'après la pose du premier rejón de châtimentet y trouva régulièrement refuge tout au long de sa lidia. De ce fait, la faena manqua de liant et résulta hachée, avant une lame entière à la première tentative. Oreille.

Le cinquième du jour, de Victoriano del Río, s'employa joliment sous le fer à deux reprises avant un quite d'El Rafi. Débutée par passes changées à genoux au centre, la faena fut un modèle de domination du péruvien, sans atteindre les sommets escomptés en grande partie en raison d'un toro collaborateur mais sans transmission. Le final par manoletinas engagées précéda une mort en trois assauts et deux descabellos. Ovation après deux avis.

Le dernier de l'envoi se montra froid de salida, avant de prendre deux piques sans relief. Après un beau tercio de banderilles protagoni par Morenito d'Arles et José Gómez, la faena débuta sur les chapeau de roue, le Victoriano del Río faisant l'avion dans la muleta du nîmois sur le pitón droit. Ce fut plus compliqué à gauche et les derechazos suivants trouvèrent un toro ayant vraiment baissé de ton. Rafi regagna l'adhésion du public sur des circulaires inversées avant manoletinas finales et nouvel échec à l'épée. Silence après avis.


Arènes de Béziers
Jeudi 12 août 2021
Corrida mixte
Première de la feria
Entrée : Trois quarts de la capacité autorisée (8500 places)
Toros de Fermín Bohorquez pour le rejón et de Victoriano del Río (Toros de Cortés 3ème), pour les piétons, pour :

Léa Vicens, ovation et oreille.
Andrés Roca Rey, silence et ovation après deux avis.
El Rafi, ovation après avis et silence après avis

Le paséo a été retardé de 15 minutes en raison des contrôles du Pass sanitaire à l'entrée de la zone.

Laurent Deloye ElTico

Voir le reportage photographique : ElTico