Dax (13/08/2021) : trois oreilles pour Roca Rey...

  • Imprimer

Salida Dax 13082021Une grande partie du public est sortie content de cette première corrida de la Féria dacquoise. . Se souviendront-ils de cette course dans quinze jours, c’est une autre histoire. Beaucoup étaient venus pour voir Morante, ils ont vu une véronique et un derechazo long et profond du torero sévillan. Tarde blanche et tristounette pour les aguadistes. Roca Rey a touché le meilleur lot.

Il a utilisé la noblesse de ses deux opposants et son grand bagage technique pour porter sur le public. C’est pro, bien fait mais reste superficiel et manque d’émotion. Emotion qui a manqué aux toros de Nuñez del Cuvillo. Sans excès de poids, avec des armures commodes, ils se sont laissés faire à la muleta. Des bichos qui offrent des opportunités de couper des oreilles mais qui manquent de force, de race et de fond.

Les peones de Morante font taper le premier toro contre un burladero, la corne ne résiste pas et le président sort le mouchoir vert. Le sobrero est juste de force. Il casse le palo à la première rencontre avant de prendre une pique trasera (la première d’une longue série). Le public est prêt à vibrer au moindre geste de Morante. Il n’en pas l’occasion au capote. A la muleta, le Nuñez del Cuvillo est fade, manque de charge. Le matador reste sur la périphérie. Quelques gestes ne sont pas suffisants pour faire réagir le public. L’entrée à matar est plus que prudente et l’épée basse. Sifflet pour l’arrastre et silence pour le torero.

Première pique carioquée pour le second ; le deuxième puyazo est correct. Le toro est lui aussi juste de forces. Après un bon quite par chicuelinas, Roca Rey débute la faena par le haut. Le péruvien a du métier. Ce type de toro noble, un peu naïf, ne lui pose pas de problèmes. Son début de faena est plus destiné à porter sur le public et cela fonctionne. Par excès de confiance, Roca Rey fait une faute de placement et se fait prendre. La voltereta est impressionnante mais heureusement sans gravité (quite salvateur de Morante). Vexé, le torero se croise enfin et enchaîne une série à droite, la meilleure de la faena et de la tarde, en pesant sur le toro. Comme les écarteurs landais redressent une vache avec un écart intérieur, ses muletazos remettent le bicho sur le droit chemin. Le toro va à menos, le final est plus trémendiste. L’épée entière est efficace et Roca Rey coupe la première oreille de la temporada dacquoise.

Le troisième est bien reçu à la cape par Pablo Aguado. Très mal lidié, il prend deux puyazos, le premier au cheval de réserve, en poussant. Très bon tercio de banderilles à charge d’Ivan Garcia. A la muleta, le toro est court de charge. Les premiers muletazos à droite, malgré le peu d’intérêt du toro, donnent de l’espoir aux fans du torero sévillan. La suite va à menos, Aguado ne se croise pas, ne pèse pas sur un toro qui transmet de moins en moins. Petite pétition d’oreille après une épée tombée et légèrement en avant.
/
Tout le monde attendait la véronique de Morante, elle est arrivée au milieu d’une série. Même pour un aficionado torista, c’est un moment bref mais intense (mais cela ne suffit pas pour faire une corrida). Le toro est noble ; Certes Morante ne se croise pas, mais il construit une faena, certes marginale mais tout en finesse. Et second miracle, un derechazo long, profond à faire rugir de plaisir les aficionados. Le reste de la faena est appliqué avec quelques jolis gestes. L’’épée, plus qu’habile est efficace et l’homme de Puebla del Rio est invité à faire une vuelta.

Le cinquième prend un premier puyazo en mettant les reins. Très mal lidié, il prend le second au cheval de réserve. Dès les premiers capotazos, il est évident que le toro fait l’avion sur la corne droite. Ce détail n’échappe pas à l’œil averti de Roca Rey. Quand le péruvien veut profiter de la noblesse de son opposant pour porter sur le public, il commence sa faena par des derechazos à genoux. ; Il enchaîne par des séries à droite, citant de loin et profitant du « voyage » Le Nuñez del Cuvillo charge avec alegria à droite et avec de la suavité à gauche Tout cela est bien fait, porte sur le public mais reste mécanique et stéréotypé et surtout en dessous de ce qu’est capable de faire le péruvien. Compte tenu du comportement du toro, on pouvait s’attendre à mieux de la part d’une figura dans une arène de première catégorie. La seule émotion vient des quelques muletazos « plus spectaculaires » intercalés à bon escient entre des séries plus « standardisée ». Le final trémendiste finit de porter sur le public avant un grand coup d’épée.et deux oreilles tombent dans l’escarcelle de Roca Rey.

Le sixième, très mal lidié au premier tiers, prend deux piques sans grande conviction. Le toro est juste de force ; Il manque de charge. Pablo Aguado, très marginal, n’arrive pas à se connecter avec le toro et encore moins avec le public. La mise à mort est aussi laborieuse que la faena, silence pour les deux protagonistes.


Fiche technique :
Arènes de Dax, première corrida de la Féria 2021
6 toros (dont un sobrero 1er bis) de Nuñez del Cuvillo, légers, d’armures commodes, justes de force et manquant de race pour

Morante de la Puebla : silence, vuelta
Andres Roca Rey : une oreille, deux oreilles
Pablo Aguado : salut au tiers, un avis et silence


Dix piques pour onze rencontres
Cavalerie Bonijol
Ivan Garcia, cuadrilla de Pablo Aguado, s’est illustré aux banderilles et à la brega
Roca Rey est sorti à hombros par la Porte Principale des arènes.
Lleno de « No hay billetes » de COVID
Président : Franck Lanati
Temps enfin normal pour un mois d’Août.

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour