Dax (15/08/2021 - matinale) : une oreille pour Molina et Gutierrez...

  • Imprimer

Visuel Dax 15082021MLouable initiative des organisateurs dacquois que d’avoir maintenu dans leur programmation Covido-adaptée, la novillada. Bonne entrée pour cette course matinale dans une ville orpheline de ses Fêtes en blanc et rouge.

Cartel international, ont défilé au paseo un français, deux espagnols et un colombien. Face à eux les utreros de Zacaria Moreno, élevage qui faisait ses débuts en novillada sur notre territoire après avoir débuté en corrida à Gamarde. Corrects de trapio, avec des têtes commodes, justes de forces, ils ont manqué de fond et de race.

Le premier, gacho et brocho, serre à droite dans la cape de Juan Molas. Mal mis en suerte, sans vrai lidia, il prend deux piques traseras en poussant. Après un bon quite de Molina, le torero dacquois brinde le novillo au public. Le toro est sérieux, il est exigeant. Molas commence sa faena en doublant bien le bicho. Le novillero aura du mal à trouver le sitio  et à peser sur un animal qui accroche la muleta presque à chaque passe. Le toro est fade, la lidia manque de transmission et ne porte pas sur le public. Demie en avant, mise à mort longue, silence pour le torero et palmas pour le toro.

José Fernando Molina, en vrai novillero, s’avance vers la porte du toril pour recevoir son novillo pour une porta gayola spectaculaire et quelque peu accrochée ; Très quelconque au cheval, le toro est noble mais manque de fond. Après un brindis à Eric Darrière, le novillero gagne le centre de la piste pour une série de cambiadas serrées et un peu chahutées. La faena alterne de bons passages, sincères et risqués, avec des muletazos plus brouillons. On retiendra de l’ensemble une bonne série de naturelles, final par redondos et luquesinas. Estocade en deux temps, une mete y saca et une entière en avant, le novillero d’Albacete coupe la première oreille de la matinale.

Nouvelle porta gayola, mais debout pour l’entrée en piste du troisième, Manuel Perrera est mis en difficulté par un toro qui l’entraîne vers les planches. On ne peut pas retirer au protégé de Padilla d’être courageux et capable de se sortir de situations périlleuses. avec célérité et efficacité. Faible et peu impliqué dans le tercio de pique, le Zacaria Moreno a très peu de charge. Perrera réduit les terrains dès les premières passes. Sa faena essentiellement trémendiste et pueblerina ne porte ni sur le toro, ni sur le public. Mal gré son prestigieux mentor, Manuel est mal conseillé. Il prolonge inutilement une faena fade et répétitive et décalée par rapport au public français. Il finit par indisposer une partie du public. Le leader de l’escalafon novilleril salue après un julipié rapide d’effet.

Le dernier utrero est le mieux présenté du lot. Il est bien reçu à la cape par Leandro Gutierrez qui a un répertoire varié à la cape. Bien mis en suerte, avec des chicuelinas marchées pour la deuxième rencontre, le novillo prend deux piques sans grande conviction. Il prend avec violence, les premiers muletazos d’une faena appliquées, joie à regarder mais qui manque de transmission. Le toro va à menos, et offre encore de possibilités au colombien qui prolonge inutilement son trasteo. Gutierrez coupe une oreille après une bonne entière légèrement en avant.


Fiche technique : Arènes de Dax, novillada de la Féria 2021 ;
4 novillos de Zacaria Moreno, correctement présentés, justes de force et manquant de race pour :

Juan Molas : silence
José Fernando Molina : une oreille
Manuel Perrera : salut au tiers
Leandro Gutierrez : une oreille
Dix piques avec une chute
Cuadra Bonijol
Président Hugo Lavigne
2500 personnes environ
Des nuages et encore des nuages

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour