Bayonne (04/09/2021 - matinale) : sous le regard du ganadero...

  • Imprimer

Salida Bayonne 04092021MIl est des matins qui chantent ou plutôt qui font chanter les aficionados. Après une goyesque tristounette, la novillada matinale est une de ces courses qui vous redonne envie de revenir aux arènes.

Habituée des arènes bayonnaises, la ganaderia « Los Maños » a encore fourni un très bon lot. Bien présentés, avec des armures courtes, très typés Santa Coloma, ils ont permis d’avoir une novillada entretenue du premier au sixième.
Si le vainqueur au planchot est Yon Lamothe, en très grand progrès, avec trois oreilles, Tomas Rufo, à l’aube de son alternative, nous a gratifiés de séries données avec beaucoup de temple et de domination. Le dernier de la terna, Adam Samira, courageux mais encore vert est resté en dessous du potentiel de ses adversaires.
La présidence, oubliant les changements de tercio, et sortant le mouchoir bleu de façon compulsive, s’est attiré les foudres du public.
Le premier sera le moins intéressant de la matinale. Sans vraiment humilier, il met la tête dans la cape de Tomas Rufo. Le groupe équestre recule à la première rencontre, trasera. Le toro sort seul. Même scénario à la suivante, la mise en suerte laisse à désirer. Dès les banderilles, le novillo commence à baisser de rythme. Justes de force, il est gazapon, il répond aux cites mais finit toutes les séries tête dans les nuages. Il passe mieux à gauche qu’à droite. Rufo en profite pour lui tirer, passe à passe, une bonne série de naturelles. Sur la suivante, il essaie, sans y parvenir, de lui faire baisser la tête. Réduction des terrains, une série à droite portant sur le public, le toro va à menos. La dernière série à gauche ne s’imposait pas. Un pinchazo, le novillo bouge la tête et la seconde entrée à matar se traduit par un vilain bajonazo. Le novillero salue.

Le second, joli burraco, met bien la tête dans la cape d’Adam Samira ; Mal mis en suerte, il est mal piqué à deux reprises ce qui fait réagir le ganadero assis devant nous. Il manifestera sa satisfaction à l’issue du bon quite réalisé par Yon Lamothe. Il manifestera moins d’enthousiasme au fur et à mesure que se déroulera la faena du jeune torero arlésien. Après un bon tercio de banderilles, (salut de Marco Leal). Il double l’utrero. Dès les premiers muletazos, on constate que le novillo a du potentiel mais aussi que le novillero manque de poder. Il ne pèse pas assez sur un Los Maños, qui finira à le mettre en difficulté. La faena reste très en dessous du novillo qui reste quasi inédit. La mise à mort est à l’image de ce qui a précédé.

Le troisième, joli cardeño obscuro, humilie bien et permet à Yon Lamothe de lui donner quelques bons capotazos. Bien mis en suerte, il prend une pique légère en poussant un peu. Il sort seul de la seconde malgré la qualité de la prestation du piquero. Le toro est noble mais un peu juste de forces. Après un bon quite de Tomas Rufo, Yon brinde au public. Bon début par doblones, avec beaucoup de sérénité, le novillero enchaîne et surtout lie une très bonne série à droite. La seconde est un peu plus brouillonne. Passage à gauche, le toro est moins bon sur cette corne et il faut le solliciter passe à passe. Le landais a fait d’énormes progrès et enchaîne de bons muletazos surtout quand il toréé sur la meilleur corne du bicho, la droite. Après un bon final, Yon s’engage pour un bon coup d’épée et coupe deux oreilles. Le président se laisse influencer par le public et sort un mouchoir bleu. Le public peut et à le droit de se tromper mais pas celui qui est au palco. Un toro qui ne pousse pas au cheval, qui sort seul de la rencontre et qui n’est bon que sur la corne droite et encore parce que le torero l’oblige en toréant en rond ne peut avoir droit à la vuelta dans une arène de première catégorie. Yon invite le mayoral a l’accompagner lors de sa vuelta.

Le quatrième est dans le type de l’élevage. En quelques capotazos, Rufo montre qu’il a tout pour devenir une figura. C’est précis, sincère et beau à voir. Le novillo, bien que mal mis en suerte, prend deux piques, le groupe équestre recule. Quite appliqué de Samira, le bicho remate après les banderilleros, quite salvateur à un de ses collègues de Manolo de Los Reyes. A droite, le novillo est un peu tardo. A gauche, il vient mieux. Le torero de va montrer qu’il est à la fois un très bon lidiador et un artiste né. Grande et belle faena qui est terminé par un superbe coup d’épée de ceux dont ont dit qu’ils découpent les toros en deux. Deux oreilles amplement méritées pour le torero, par contre ; grosse faute de goût de la part du président qui sort un mouchoir bleu que même le ganadero ne comprend pas et qui vaut une bronca au titulaire du palco.

Le cinquième, le plus léger du lot, il prend deux piques sans grande conviction. Après un bon quite à la cape de Yon Lamothe, Adam Samira se met en danger dès les premiers muletazos ; Le novillero est vert et a du mal à trouver le sitio et la manière de s’imposer face à un toro qui a de la personnalité. Par contre on ne peut pas lui enlever qu’il est courageux. Là où certains auraient abandonné, Adam, avec ses moyens, s’arriment. Il s’attire la sympathie du public aussi indulgent que le novillo qui a pardonné beaucoup de fautes à l’arlésien. Samira finit par une bonne série à droite avant une mise à mort longuette et salue au tiers.

Le dernier est lui aussi un joli novillo qui est bien reçu à la cape par Yon Lamothe. Bien mis en suerte, il prend deux bons puyazos, le dernier en partant du centre ; Le ganadero apprécie. Mathieu Guillon salue après un bon tercio de banderilles. Yon brinde au public. La faena commence par deux bonnes séries à droite. A la troisième le toro chacaille. A gauche le toro est distrait et permet moins. Le toro va à menos, et vire soso. Final par luquesinas, avant une belle épée entière qui s’avèrera rapide d’effet. La landaise coupe la troisième oreille de sa matinée confirmant la très bonne impression qu’il avait laissée aux spectateurs de Roquefort.


Ainsi se termine une très bonne novillada qui a vu la rencontre de bons toreros avec un très intéressant lot de Los Maños.


Fiche technique
Arènes de Bayonne, novillada de la Féria de l’Atlantique
6 novillos de Los Maños, bien présentés braves et donnant du jeu pour :

Tomas Rufo un avis et salut, deux oreilles
Adam Samira : un avis et silence, deux avis et salut
Yon Lamothe : deux oreilles, une oreille

Vueltas discutables et discutées aux troisième et quatrième
Douze piques, cuadra Bonijol
Saluts de Marco Leal au second et de Mathieu Guillon et Manolo de Los Reyes au sixième
Sortie à hombros de Rufo, Lamothe et du mayoral
Présidence chaotique de Jean François Lonvigny
Yon Lamothe rafle tous les prix mis en jeu
Un quart d’arène
Ciel bleu et chaleur

Thierry Reboul

Voir le reportage photographique : Philippe Latour