Bayonne (05/09/2021 - matinale) : un beau dimanche de Septembre pour Jean François, Jean et Tristan...

  • Imprimer

Salida Bayonne 05092021MCertes à 11 heures, il fait chaud sur les gradins des arènes de Bayonne. Mais il y a des moments qui font oublier les conditions météorologiques. Cette année, il n’y a eu qu’une seule non piquée à Lachepaillet, mais elle a été de grande qualité.

Côté bétail, le cartel a été remanié juste avant le sorteo. Exit l’exemplaire de Casanueva, il a été remplacé par un eral de La Espera. Sont sortis six novillos d’élevage du Sud-ouest. Très bien présentés, avec les caractéristiques de leurs encastes respectives, ils ont offert aux jeunes novilleros des possibilités de s’exprimer. La palme revient aux erales de La Espera, ganaderia qui est dans un très bon moment, avec une vuelta au cinquième.

Le premier eral, comme les suivant bien présenté, est attendu à porta gayola par Jean Baptiste Lucq. Il permet à Jean Baptiste, puis Juanito, puis les deux por colleras de toréer de cape avec une certaine réussite. Brindis du plus ancien à ses compagnons de cartel. Le toro est noble mais a du piquant. et ne pardonne aucune faute. Une bonne série à droite en citant de loin puis il bouscule le torero. Le jeune landais alterne de bons passages, toréant avec une certaine profondeur, et d’autres plus brouillons. Le novillo continue à charger en répétant et en cherchant la moindre faute. Final par avec des aidés par le haut, la mise à mort est laborieuse. Applaudissements pour le toro et salut au tiers pour le matador.

Second élève d’Adour Aficion présent au cartel, Juanito se voit opposé un joli novillo de La Espera. Le béarnais se fait accrocher la cape Le toro est noble mais manque un peu de moteur. Sa noblesse permet au jeune torero d’enchaîner de bonnes séries des deux mains données avec beaucoup d’élégance. Il manque juste un peu de métier au jeune torero qui a tendance à enlever la muleta un peu trop tôt. De la faena, on retiendra la très belle troisième série à droite et un final plus trémendiste qui finit de connecter le torero avec le public. L’entière, un peu tombée, est rapide d’effet. Oreille pour le jeune torero et ovation pour l’arrastre.

Le troisième est un joli toro du Camino de Santiago. Il met la tête dans le capote de Marcos Linarès mais manque de moteur et s’arrête même sur une des passes. A la muleta, le novillo est violent et accroche à plusieurs reprises la muleta du jeune novillero. Le toro manque de fond et le torero a du mal à trouver le sitio et à lui imposer son autorité. Tout cela se traduit par une faena tristounette qui va rapidement à menos. La mise à mort est laborieuse et le jeune novillero manque d’efficacité avec le descabello, silence pour le torero.

Le quatrième (Alma Serena) sort avec beaucoup de gaz. Il est reçu avec beaucoup de classe à la cape par Tristan Barroso. Le novillo a beaucoup de caste et de moteur. Jean Baptiste Lucq fait un bon quite par chicuelinas auquel Tristan répons par des capotazos à la fois serrés et profonds. Manolo de Los Reyes salue après deux très bonnes paires de banderilles. Le toro tombe et semble s’être fait mal. Il change de comportement. Noble, il chargera avec moins d’alegria. Tristan brinde au public. Début de faena en alternant main droite et main gauche. Le jeune novillero toréé avec du temple et une certaine élégance. Beaucoup de profondeur et de sincérité dans une faena qui culmine avec deux très belles séries de naturelles et de derechazos. Dommage que le toro retienne sa charge. Adorños avant une bonne épée efficace et une oreille pour le torero.

Il n’ya pas de discussions nécessaires ou possibles, la finale doit opposer Juanito et Tristan. Ce duel quasi fratricide, n’est pas sans nous rappeler ces merveilleuses matinales offertes aux aficionados du Sud-ouest par les organisateurs locaux avec les élèves d’Adour Aficion. Juanito et Tristan hauts comme trois pommes se tiraient la bourre face à de jeunes vaches pour le plus grand bonheur des spectateurs. Grand merci à ses organisateurs de ces capéas, à Richard, aux éleveurs pour qui cette finale bayonnaise est le fruit de leur investissement et de leur engagement pour la cause taurine.

Le cinquième est un très joli novillo de La Espera. Très bonne réception à la cape par Juanito ; Le bicho est très noble. Le torero cherche le sitio avant de la citer de loin. La faena prend alors une toute autre dimension. Avec beaucoup d’élégance, Jean profite de la grande classe du toro pour «péguer » de superbes muletazos. Le novillo se grandit tout au long de la faena et le jeune torero aussi. Le La Espera a tellement de qualité et de classe qu’il déborde parfois Juanito. Mais le joven a envie de triompher, s’arrime et reprend le dessus /L’estocade très engagée libère deux oreilles. Mouchoir bleu pour l’exceptionnel eral, Jean François Majesté est invité par le jeune béarnais à partager sa vuelta.

Grosse pression pour Tristan Barroso qui reçoit avec beaucoup d’élégance un joli eral de La Espera. La tension monte quand Juanito fait une très joli quite at. que Tristan en lui répondant se fait accrocher la cape. Brindis au public, le novillero commence sa faena assis sur l’estribo. . Il l’amène au tercio et enchaîne deux bonnes séries sur les deux cornes. Le novillo est noble, il lui manque un peu d’alegria. Il y a dans le toreo du jeune novillero beaucoup de profondeur et de domination. Bon coup d’épée, un peu tombée mais très efficace. , la présidence sort deux mouchoirs ; Tristan partage sa vuelta avec l’éleveur.

Egalité parfaite entre les deux jeunes novilleros, et le jury décide de partager l’ensemble des prix entre eux deux. Fort logiquement le prix de la Peña Betisoak et la coupe de la ville de Bayonne sont remis à Jean François Majesté.
Il est fort probable que l’on va retrouver les deux jeunes toreros à l’affiche des non piquées de la prochaine temporada.


Fiche technique : Bayonne, 05/09/21, novillada non piquée de la Féria de l’Atlantique
Erales, dans l’ordre de sortie, du Lartet, de La Espera, du Camino de Santiago et de Alma Serena pour la phase qualificative et de La Espera pour la finale, bien présentés et donnant du jeu

Jean Baptiste Lucq : salut au tiers
Juanito : une oreille, deux oreilles
Marcos Linares : silence
Tristan Barroso : une oreille, deux oreilles

Vuelta au cinquième eral (La Espera)
Juanito et Tristan Barroso sont déclarés vainqueurs ex aequo de la compétition
La Espera gagne la compétition des ganaderos.

Mille personnes environ
Grand soleil dans le ciel et dans le cœur des spectateurs


Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Philippe Latour