• 1

La FSTF et la pique "Française"...

Visuel FSTF 20112021Dans un total souci de transparence et respectueuse des règles, la FSTF est amenée à préciser les réponses apportées lorsque l'UVTF l'a consultée au sujet de la modification du règlement taurin municipal français :

 


● la FSTF a donné un avis favorable au choix d'une pique efficace et moins traumatisante telle qu'elle était présentée,
● elle a salué l'identification du montage réglementaire de la pique par un trait de peinture blanche, initiative que la FSTF proposait depuis plus de 10 ans.


Mais aussi,
● elle a demandé que la pique retenue soit définie par ses cotes et caractéristiques figées dans le règlement,
● elle a demandé que l'appellation « pique Bonijol » soit modifiée,
● elle a rappelé en effet la nécessité que le type de pique défini par le règlement permette sa fabrication par tout entrepreneur qui le souhaiterait afin de respecter le droit à la libre concurrence,
● elle a demandé que les piques une fois montées et contrôlées soient stockées sur un râtelier situé dans le couloir jouxtant la piste, à la vue du public et placé sous l'autorité du Délégué aux piques.


Par ailleurs, la FSTF a précisé ses attentes vis à vis du principe d'expérimentations rendues possibles par la nouvelle rédaction :
● Pour elle, tout essai doit être encadré par un protocole d'expérimentation écrit et opposable définissant son déroulement, la consultation des parties prenantes et son
évaluation.
● Elle attend aussi que toute expérimentation réalisée lors d'un spectacle en public soit annoncée à l'avance.
● Bien entendu toute initiative de changements en ces matières ne peut se faire sans le partenariat et l'expertise des vétérinaires taurins de l'AVTF, ni sans avoir recueilli l'avis des professionnels, matadors et picadors ainsi que des aficionados.


Une dernière remarque importante, légitime et de bon sens éviterait toute ambiguïté : la FSTF demande que le Règlement Taurin Municipal Français soit publié sur le site de l'UVTF dans sa dernière rédaction votée, ce qui n'est pas le cas actuellement. Or la publication est un élément de forme essentiel qui contribue à rendre un texte juridiquement opposable.

Communiqué de la FST