Arzacq (23/02/2014) : Roberto Armendariz triomphe ; A Andy Younes le Bayonne de Cristal...

  • Imprimer

Photo : Romain Tastet
Photo : Romain Tastet
Décidément les dimanches se suivent et ne se ressemblent pas ... Pourtant le soleil était au rendez vous, les antis,les gendarmes, les aficionados, les toreros... Mais hélàs nous avons manqué cruellement de noblesse au niveau du bétail.

Quelle déception, pour la présentation de Mendoza ganadero, nous avons eu un lot âpre, violent, ultra compliqué... Sauf le premier exemplaire d'Andy Younès qui fut l'exception à la règle.
Dimanche dernier à Magescq nous avions 5 excellents novillos sur 6. La tendance s'est inversée à Arzacq. Mais c'est aussi dans les difficultés qu'on voit le talent des toreros, et heureusement, il était au rendez vous !
Ne vous fiez pas au résultat artistique... aujourd'hui les trophées il y en eu peu et je ne sais même pas si le public se sera bien rendu compte de la complexité du bétail... Mais personne n'a démérité loin de là, cuadrillas, novilleros, chevaux.
 
Roberto Armendariz avait un cheval palomino de salida, pour ses deux adversaire, efficace. Son novillo a eu du mal à se fixer, distrait, avait une charge saccadée et violente. Il attrapa son cheval noir de banderilles aux planches, sans gravité. La piste est petite pour du rejoneo, les burladeros très sortis, et la forme moitié rond moitié rectangle n'aide en rien dans la tauromachie à cheval. Roberto torée de face, banderille soit en quiebro soit en batida, très proprement, efficace et cavalier. Il sortit un cheval gris pour les courtes et la mise à mort, un bon rejon. Il dut descendre pour descabeller.
A son deuxième il planta deux rejons de castigo, mais le novillo était meilleur que son premier et fut plus facile dans la lidia. Un alezan de banderilles nous offrit des galops de côté puis deux très bons quiebros, avec beaucoup de coeur car le novillo était arrêté et les distances très raccourcies pour provoquer sa charge. Un noir rentrait ensuite en piste pour des pirouettes à la tête du novillo. Cheval un peu confus, sans doute jeune, mais Roberto fait preuve de beaucoup de maitrise. Le gris pour le tercio de banderilles courtes est un cheval sûr, avec un joli piaffer. Le problème arriva quand le novillo, mansote, partit aux planches au moment de la mise à mort. Un bon rejon au moment opportun et Roberto sera chaleureusement récompensé de deux oreilles.
 
Joaquin Galdos a gagné l'un des pires novillos de l'après midi. Compliqué violent listo. Andy se fait désarmer lors de son quite et du coup refera une série rageuse. Joaquin partage les banderilles avec Adame, mais les poses sont compliquées car le novillo vient très fort et coupe... A la muleta Galdos s'en sort comme il peut. Il fait preuve d'oficio pour sortir quelques séries de son opposant, il n 'aura vraiment pas démérité. Une vilaine épée sous cutanée au premier envoie l'aura privé de trophée... la deuxième fut très bonne mais le descabello nécessaire. 
 
La chance était du côté de notre français, ça tombe bien, on est quand même un peu chauvin... Andy fixe bien le novillo dans son capote. Adame se fera désarmer lors de son quite. Changement de tercio demandé et accepté après deux paires de banderilles. Excellent début de faena d'Andy, le novillo est archi noble comparé à ses confrères. Le public est enchanté, la musique joue et Andy enchaine de bonnes séries. Une bonne épée mais hélàs, trois fois hélàs, "fallo" au descabello, et voilà Andy qui repart sans trophée, mais sous l'ovation du public et un salut en piste.
 
Adame est un pur sang mexicain sur lequel on peut parier sans trop se tromper je pense... Après un quite poderoso de Galdos, Adame nous livre du bonheur en piste...technique, artistique, un magicien du capote... Grosse ovation du public. Beaucoup d'alegria dans sa tauromachie, magnifiques paires de banderilles. Il brinde son novillo à Jean Gilbert, un des organisateurs. Le novillo a toujours beaucoup de vitesse, violent, n 'humilie pas, donne des coups de tête... Bref, le tableau est très noir, mais Adame va quand même y mettre sa lumière. Une faena de guerrier, de courage, de métier. Il se fera attraper deux fois, la deuxième plus méchamment, le novillo développe de la mansedumbre... Bonne épée. Le novillo comme les autres tarde beaucoup à tomber. Silence.
 
C'est au vainqueur des trois novilleros qu'on offre le 6 ème novillo, se sera donc Andy. Bien au capote, le novillo coupe aux banderilles, vient comme un train, et attrape violemment Alexis Ducasse, le banderillero d'Andy, sans gravité. Andy torée plus calmement qu'à son premier. Le novillo manque de noblesse même s'il humilie, il se retourne vite et donne des coups de têtes dans la muleta. Andy s'en sort très bien, les cornes le frôlent à longueur de faena mais il saura garder son aplomb. Il se fera désarmer et chahuter mais restera là. Très belle épée mais hélàs quelques descabellos le privent encore une fois d'une oreille... Applaudissements chaleureux du public.
 
Le trophée "jambon de Bayonne de cristal" sera remporté logiquement par Andy Younès.
Tout les protagonistes auront aussi leurs récompenses. C'est bon enfant et sympathique. 
 
 
Dimanche 23 Février, Arzacq 
 
Novillada mixte internationale non piquée
6novillos de Pablo Hermoso de Mendoza (présentation en France)
 
pour le rejoneador:
Roberto Armendariz , silence, deux oreilles
 
pour les novilleros :
Joaquin Galdos , applaudissements 
Andy younès , salut/ovation, applaudissements
Luis David Adame , silence
 
3/4 d'arènes
 
 
Nathalie