Rion-des-Landes (24/08/2014 - tarde) : Intéressante novillada franco-mexicaine...

  • Imprimer

 

Photo : Thierry Reboul
Photo : Thierry Reboul
Il régnait autour des arènes  de Rion, un parfum de bien être, tout était « care » .Malgré la présence de forces de l’ordre en nombre, on a retrouvé, le temps d’une après-midi de toros, l’ambiance de ces férias villageoises d’avant l’avènement de JPG.

Les superbes arènes de la cité landaise ont fait le plein pour la première sortie d’un lot à Rion depuis le décès de Nicolas Fraile. Il existe une vraie histoire d’amour entre cette ganaderia et les organisateurs de Rion. Comme à l’habitude la présentation des erales est irréprochable .Pour ce qui est du moral, chaque novillero a reçu en premier opposant un manso décasté, réfugié dans les planches sans possibilité et en second lieu un toro encasté  qui lui a permis de s’exprimer.
 
Pour ce qui de la gestion du « boulet réfugié dans les planches, c’est El Adoureño qui s’en sort le mieux .Il arriva à imposer au toro quelques séries au centre de la piste .Hélas il tue très mal .Face à son second novillo il va après, avoir un peu tâtonné, comprendre comment le toréer  Il s’en suivra ce qui est pour moi  la meilleure faena réalisée par le torero landais. Le toro est sérieux, encasté et exigeant ; En toréant à mi hauteur et en  donnant rapidement la sortie, toro et torero vont se mettre en harmonie  pour d’excellentes séries à droite et à gauche. La faena s’éternise, le toro s’avise et accroche  Yannis ; La mise à mort n’est pas à la hauteur du travail réalisé et le novillero doit se contenter d’une seule oreille. L’arrastre est applaudie 
 
Leo Valadez exige beaucoup de son premier toro. Comme ce dernier a peu de moral il se décompose vite.  La faena est électrique, hachée baisse vite de ton après avoir comporté de bons moments ; Le mexicain  tue mal et doit se contenter d’e saluer au tiers. Face à, l’excellent cinquième, superbe jabonero, Leo va profiter de sa charge pour construire une faena qui va à mas e emporte l’assentiment du public qui demande deux oreilles, le président n’en accorde qu’une au regard d’une estocade engagée mais contraire. Petit geste d’humeur, à ne pas renouveler, du torero qui se débarrasse du trophée dès le début de la vuelta
 
Luis David Adame touche en premier un eral qui va très vite se réfugier dans le terrain des planches dont il sera impossible. de l’extraire L’estocade au ras des planches est risquée mais le jeune mexicain s’en sort avec habileté. Le sixième  sera le meilleur du lot. Il a du piquant et transmet beaucoup .Il se fait mal en tombant, mais sa caste lui permet de reprendre le dessus et de permettre encore quelques séries intéressantes. Luis David reprenait ce jour après une blessure sérieuse, difficile à traiter. Il s’en ressent probablement au moment de tuer et perdre l’oreille avec le descabello.
Les trois toreros ont réalisé de bonnes séries ou quites avec le capote, avec une mention spéciale à Leo Valadez .Les deux mexicains ont banderillé avec des fortunes diverses.
 
A l’an prochain à Rion pour une nouvelle non piquée de Valdefresno, pourquoi changer une équipe qui fonctionne aussi bien.
 
Fiche technique :
 
6 erales de Valdefresno (1, 2, 4,6) et Fraile (3,5)  bien présentés, les trois premiers infumables, les trois derniers plus encastés et donnant du jeu pour :
 
El Adoureño : silence, une oreille
Leo Valadez : salut au tiers, une oreille avec forte pétition de la seconde
Luis David Adame : silence, silence
 
Quasi lleno
Température clémente
Une minute de silence a été observée à l’issue du paseo à la mémoire de Nicolas Fraile décédé fin 2013.
 
Therry Reboul