• 1

Le n°double 1951-52 de Toros est en kiosque

Toros
Toros
C’est par une photo des arènes de NIMES en 1813 que s’ouvre le numéro double (1951.52) de la revue TOROS. Il y a 200 ans, Nîmes connaissait, en pleine période napoléonienne les travaux de dégagement des arènes de l’antique cité des Antonins. L’éditorial de Joël Bartolotti y revient dans le détails avec pour prolonger ce chapitre un article sur le printemps nîmois de 1813 (ce ne date pas d’hier... les historiens seront contents) proposé par Pierre Dupuy.

Des joutes anciennes aux joutes politiques il n’y a qu’un pas que TOROS n’a pas hésité à franchir en présentant les deux (nouveaux) députés de la circonscription locale. Le sulfureux avocat Gilbert Collard et son opposante et aficionada Françoise Dumas. Chapitre comptes rendus le lecteur retrouvera les récits des corridas de la féria de Séville ainsi que celui de la novillada de Garlin. Un hommage est rendu à Dolores Aguirre “la” grande ganadera Bilbaina récemment disparue.

A propos de technique retour sur les histoires de bandera et sur la suerte de Mancornar. Section culture des articles sur Elisabeth Barbier (De Mogador à Serres Paradis), et les doutes qui subsistent à propos de “Martincho” ou “El Chiclanero” et des peintres Goya ou Alenza. La parenthèse se ferme sur le Real club tauromaquico Portugués de Lisbonne qui est actuellement le doyen mondial des clubs taurins. L

es clarines et cartels bouclent ce numéro double.

Bonne et longue lecture.

(communiqué)