Saint-Gilles (21/08/2016 - tarde) : Thomas Joubert a hombros...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
Le matador de toros Thomas Joubert est sorti en triomphe des arènes Émile Bilhau de Saint-Gilles après avoir coupé les deux oreilles du toro de Mollalta qui clôturait l'envoi, lui même primé d'une vuelta posthume. L'arlésien, dans son style si personnel, a servi à cet exemplaire important une faena de grande intensité émotionnelle qu'un premier échec aux aciers ne pouvait altérer.

Un autre trophée a été obtenu par le basque Ivan Fandiño à l'issue de son second combat tandis que Paco Ureña, mal servi au sorteo, connaissait en outre quelques difficultés avec les aciers. Les toros de Mollalta, très bien présentés, étaient très attendus après leurs dernières sorties prometteuses mais n'ont pas toujours été à la hauteur des espérances du public Saint-Gillois. Les deux premiers exemplaires, magnifiques Jaboneros violents et courts de charge, ne permettaient pas grand chose. Le cinquième que toucha Paco Ureña, s'arrêta rapidement. Les troisième et quatrième de l'envoi se laissèrent sans classe. Fort heureusement, le sixième allait se révéler et de loin, le meilleur du lot, laissant sur le sable des arènes une agréable impression finale.
Belle clôture donc pour cette édition 2016 de la Feria de la Pêche et de l'Abricot Saint-Gilloise, qui a connu un beau succès populaire en terme de fréquentation et des triomphes chaque jour si l'on s'en ne s'en remet qu'aux statistiques. Les organisateurs de "Toro Pasion" ont ainsi confirmation qu'ils tiennent les bonnes dates et les bonnes recettes.
Rendez-vous est pris pour l'édition 2017...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Ivan Fandiño reçut un joli jabonero dans un capoteo heurté, avant de le conduire pour deux puyazos sur lesquels il mit les reins mais sans pousser. Brindis à Céline Galdeano, avant de connaître un petite frayeur sur les muletazos initiaux, se faisant découvrir par le vent. Dès les premières séries, le Mollalta se montra tardo, sans classe dans ses charges et se jetant dans le voile. Gêné par Eole, le basque, volontaire, édita une prestation ambidextre méritoire qui connut les meilleurs échanges sur la zurda. Mais l'ensemble ne monta jamais en intensité, la faute aux conditions du bicho et quelques enganchades. Il remata son combat par manoletinas, avant de loger une entière et trois coups de verdugo. Ovation.
Le quatrième aux charges sans classe et parfois hésitantes, prit deux piques quelconques. Sous la musique, le torero d'Orduña réalisa un trasteo de qualité, majoritairement droitier, la gauche se montrant quant à elle imbuvable. Toujours bien placé et livrant un combat engagé, Fandiño put servir dans une muleta ferme des tandas douces, très bien dessinées et de belle transmission sans se faire engancher une fois... Il finalisera sa prestation par des molinetes pour le moins électriques avant de tuer d'un grand coup de descabello après une entière. Oreille.

Le second dévolu à Paco Ureña prit deux doses de châtiment en brave. Entame du Murciano par de soigneux doblones avant de dessiner deux séries droitières très inspirées. Le Mollalta se révéla sans transmission, soso avec un côté manso s'amplifiant au fur et à mesure que la faena avançait. Il permit tout de même au diestro de gratifier la plaza de tandas de derechazos, pleines d'arte et de toreria. La corne gauche se montra moins propice au toreo, malgré quelques naturelles isolées de haute volée. Une mort très longue en six envois lui fit écouter un silence.
Le cinquième, un sérieux castaño, fut applaudi lors de sa sortie en piste. Le Mollalta rencontra la cavalerie à une seule reprise, poussant sous le fer, mais montrant surtout de la violence. Face à un toro très vite arrêté au troisième tercio, Ureña fit un bel effort, sortant de son voile quelques muletazos isolés de haute facture. Mais en aucun cas son toro ne lui permit de développer sa tauromachie si pure et profonde. Il conclut cette faena un tantinet longue par une entière. Ovation.

Le premier de Thomas Joubert ne montra rien de positif lors des capotazos de réception, se jettant et restant court. Le Mollata prit deux rations de fer, Thomas entrecoupant le tercio de varas par un soigneux quite de chicuelinas. Très bon début de faena plein centre par cambio rematant par un changement de main de premier ordre. Face à un opposant confirmant les dispositions entrevues depuis son entrée en piste, Thomas mit du temps a trouver le bon sitio et la bonne cadence à adopter. Mais une fois les bonnes mesures prises et même si l'ensemble manquait parfois de maitrise, l'Arlésien délivra des tandas courtes, faites de trois muletazos et un pecho d'une belle intensité, connectant ainsi avec les étagères. Sa faena culmina par une magnifique série de naturelles de face, déclenchant des olés très appuyés. Trois pinchazos, une demi épée et deux coups de descabellos vinrent clôturer ce combat qui aurait pu déboucher sur un trophée si les aciers ne l'avaient pas trahi. Ovation.
Le dernier de l'envoi, le plus costaud de l'après-midi, renversa la cavalerie sur la première rencontre. Thomas partit au quite pour une série spectaculaire de caleserinas. Sur la deuxième rencontre, l'astado fut très mal châtié, le lancier rectifiant plusieurs fois sa pique et le bicho sortant quant à lui seul du peto. Le diestro arlésien retourna au quite pour un mélange de chicuelinas et tafalleras plus heurté que le précédent. Début de faena tambour battant par une série de derechazos les deux genoux en terre, faisant se lever la foule. Profitant des charges pleines d'alegria de son Mollalta, Thomas, sûr de son toreo, ne laissa pas passer l'occasion de triompher en signant une faena d'envergure. Dans un style si personnel, il envoûta le conclave par de profondes séries sur les deux bords d'une très grande amplitude émotionnelle. Il paracheva cette prestation importante par une entière après pinchazo libérant deux oreilles du palco. Vuelta au toro.

Arènes Émile Bilhau de Saint Gilles (30)
6 toros de la ganaderia Mollalta très bien présentés , de comportement inégaux.
Poids : 508 , 540 , 563 , 498 , 500 , 551.
9/10 d'arènes
Temps : Estival avec vent gênant
Durée : 2h35

Ivan Fandino : Ovation après avis / Oreille
Paco Urena : Silence après avis / Ovation
Thomas Joubert : Ovation après avis / Deux oreilles

Le toro sortit en sixième position, portant le numéro 21, né en septembre 2011 et pesant 551 kilos fut primé d'une vuelta a ruedo posthume.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico