• 1

Nîmes (21/09/2014 - matinale) : Une matinale "à la Nîmoise"... Manzanares triomphe...

Lire la suite : Nîmes (21/09/2014 - matinale) : Une matinale Une matinée comme on ne peut en vivre que dans les arènes de Nîmes... et nulle part ailleurs... Certes pas une de celles qui se sont inscrites dans la Légende. Mais assurément une de celles dont on entendra longtemps parler...

Lire la suite : Nîmes (21/09/2014 - matinale) : Une matinale "à la Nîmoise"... Manzanares triomphe...

Nîmes (20/09/2014 - tarde) : Miguel Angel Perera ouvre à son tour la Porte des Consuls...

Lire la suite : Nîmes (20/09/2014 - tarde) : Miguel Angel Perera ouvre à son tour la Porte des Consuls...L'exercice du seul contre six suppose de posséder un répertoire varié et une technique à même de s'adapter aux conditions de chacun de ses adversaires. Ces dernières années, beaucoup s'y sont essayé et même certains plusieurs fois, qui n'ont pas forcément réussi à s'imposer "en grand" au terme des six combats.

Lire la suite : Nîmes (20/09/2014 - tarde) : Miguel Angel Perera ouvre à son tour la Porte des Consuls...

Nîmes (20/09/2014 - matinale) : Hermoso de Mendoza et El Juli par la Porte des Consuls...

 Lire la suite : Nîmes (20/09/2014 - matinale) : Hermoso de Mendoza et El Juli par la Porte des Consuls...El Juli avait-il quelque chose à se faire pardonner ce matin ? Lui seul le sait après la désastreuse Miurada des dernières Pentecôtes... Mais son brindis adressé au conclave avant de toréer le sixième semblait lourd de sous-entendus, montera sur le coeur et regard accroché aux tendidos.

Lire la suite : Nîmes (20/09/2014 - matinale) : Hermoso de Mendoza et El Juli par la Porte des Consuls...

Nîmes (19/09/2014) : Manuel Escribano et Juan Leal, une oreille chacun...

Lire la suite : Nîmes (19/09/2014) : Manuel Escribano et Juan Leal, une oreille chacun...Durant trois toros, on a bien cru revivre un remaque de la novillada d'ouverture... Des El Torero superbement présentés mais sans transmission, semblaient plonger les arènes dans une douce léthargie, seulement perturbée par l'accrochage dont fut victime Escribano à son premier qui le contraint à un passage par l'infirmerie dont il ne ressortit que pour combattre le sixième et dernier.

Lire la suite : Nîmes (19/09/2014) : Manuel Escribano et Juan Leal, une oreille chacun...